film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
A Man from the Congo River - Kongon Akseli
© Illume Oy
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Jouko Aaltonen

AUTEUR(S)

Seppo Sivonen

IMAGE

Timo Peltonen

SON

Martti Turunen

MONTAGE

Samu Heikkilä

MUSIQUE ORIGINALE

Tapani Rinne

PRODUCTION / DIFFUSION

Illume

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Illume, SFAV (Société Française d'Anthropologie Visuelle)

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Distributeur(s) :

    Illume

  • La Société Française d'Anthropologie Visuelle fut créée en 1985 en tant qu'association régie par la loi de 1901 pour favoriser la promotion du film d'anthropologie en milieu universitaire et culturel, et contribuer au développement de l'anthropologie visuelle en France.
    Sa spécificité consiste à acquérir un choix de films d'anthropologie, étrangers assortis des droits non-commerciaux et à les diffuser en France et dans les pays limitrophes.
    En savoir plus

Akseli Leppänen était un homme ordinaire vivant dans le nord de l’Europe. Après une déception amoureuse, il décida de partir au Congo, à la découverte du nouveau monde et dans l’espoir de s’enrichir. Sur place, il se confronta à la cruelle réalité du colonialisme et à lui-même.
Pour contrôler cet immense territoire, l’administration coloniale du Congo belge avait besoin de fonctionnaires, de soldats et de professionnels qu’elle recruta en Belgique et dans d’autres pays d’Europe, dont la Scandinavie. Plus de 2000 scandinaves travaillèrent ainsi au Congo entre les années 1880 et 1930. Engagé comme mécanicien sur les bateaux du fleuve Congo, Akseli Leppänen fut témoin de la violence et du racisme exercés à l’encontre des Africains. D’abord très choqué, il apprit peu à peu à manier le fouet comme les autres. Ce film décrit comment un humaniste chrétien s’adapte imperceptiblement au racisme et devient un contremaître aigri.
L’histoire d’Askeli, racontée au travers de ses journaux intimes et de sa correspondance, enrichie de photos et de documents d’archives, illustre un pan de celle du colonialisme.

The documentary is studying the little known story of Nordic machinists working on the river boats on the Congo River. Professionals were hired on lucrative salaries from Finland and Sweden and they had to give an oath of fidelity to the King of Belgium. Sailors from the North met a new reality in the heart of the Black Africa where the colonial economy was based on slavery and compelled work. In private letters home we can follow how the men from equalitarian North gradually change adapting into the racist system. Con-crete personal tool and symbol of the regime was a whip made of the skin of hippopotamus. First terrified by the brutality of the white oppressors Nordic sailors learned soon to use whip themselves. Film is adding an interesting chapter into the history of colonialism in Africa. It is important to tell this unknown colonial story with a common content of the moral choices of an individual.

Distinctions