film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Hier sprach der preis
The Price was Key
© filmproduktion jäger/weiner
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Sabrina Jäger

IMAGE

Sabrina Jäger

SON

Sabrina Jäger

MONTAGE

Sabrina Jäger, Stephan Weiner

PRODUCTION / DIFFUSION

filmproduktion jäger/weiner

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

filmproduktion jäger/weiner, BPI (Bibliothèque publique d'information)

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Distributeur(s) :

    filmproduktion jäger/weiner

  • Film appartenant au catalogue national de films documentaires pour les bibliothèques publiques de la Bpi, en prêt et consultation gratuits dans les bibliothèques de ce réseau.

"Tout doit disparaître" : jamais panneau n’a été plus impérieux. Informée que la chaîne allemande de bricolage Praktiker ferme définitivement, la réalisatrice part filmer les dernières semaines du magasin sis dans sa ville natale, Bruchsal. L’une des deux caissières, Marina, arrange les fleurs près du signe Fermé comme elle disposerait des pots de chrysanthèmes. Nul besoin de carton explicatif puisque toute la titraille, ici, revient à Nigel, le spécialiste britannique du discount appointé spécialement. Les employés restants sont priés de couler avec le navire, pas encore déserté par des clients pour qui la fermeture est une bonne affaire de plus. Scandée par le jingle guilleret diffusé sans relâche et émaillée par les fautes d’orthographe que Nigel fait sur chaque écriteau, la comédie tient aussi à la façon dont le lieu se vide puis s’autodévore quand des ouvriers en éventrent les rayonnages – un sursaut d’action qui défie la dépression. Mais ce compte à rebours avant la fermeture dépasse la chronique cocasse. Quand "Le prix parle", la devise de la marque, devient celle de toute logique purement marchande (Ici le prix a parlé, corrige le titre), des pans entiers de vie professionnelle disparaissent. La qualité d’écoute de Sabrina Jäger et son absence de surplomb remettent justement le "prix" à sa place. Une situation récurrente d’essais de clés sur des coffres forts soldés mais inutilisables questionne la possibilité de thésauriser sans cet apport humain.
(Charlotte Garson, Cinéma du réel, 2015)

“Everything must go”: was ever a notice more peremptory? When she discovers that the German hardware chain Praktiker is closing down, the filmmaker sets off to film the final weeks of the branch in her hometown, Bruchsal. One of the two cashiers, Marina, arranges the flowers next to the “Closed” sign as if she were arranging a vase of chrysanthemums. No need for an explanatory notice as all the titling here is done by Nigel, the specially appointed UK discount specialist. The remaining employees have been asked to go down with the ship—not yet deserted by customers, who see the closure as just another bargain. Punctuated by the repeated blaring of a jaunty jingle and peppered with Nigel’s misspellings on every sign, the comic side is also driven by the way the store empties and seems to devour itself as the workmen disembowel the shelving—a burst of action that defies depression. But this pre-closure countdown goes further than a simple comical chronicle. When the brand’s catchphrase, “The price talks”, takes on a purely mercantile logic (Here spoke the price as the title corrects), whole swathes of professional life disappear. Sabrina Jäger’s immense capacity to listen and the absence of any condescension expedite the “price” to its rightful place. The recurrent endeavours to get keys to open the safes, which are on sale but unusable, challenge the possibility of hoarding money without any human assistance.
(Charlotte Garson, Cinéma du réel 2015)

Thématique
Distinctions
  • 2016 : Filmer le travail - Poitiers (France) - Prix spécial du public
  • 2015 : Images en bibliothèques - Paris (France) - Film soutenu par la Commission nationale de sélection des médiathèques
  • 2015 : dokKa - Karlsruhe (Allemagne) - Meilleur œuvre documentaire
  • 2015 : Cinéma du réel - Paris (France) - Compétition Internationale - Premiers Films