film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Victimes de nos richesses
© Kal Touré
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Kal Touré

PRODUCTION / DIFFUSION

Kal Touré

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Kal Touré, FAR (Films Afrique Réseau), Musée National de l'Histoire de l'immigration

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • France | 2007 | 58 minutes | Betacam SP
  • Un film de Kal Touré

Un an après les évènements dramatiques qui se sont déroulés en septembre 2005 aux abords de Ceuta et Melilla, les enclaves espagnoles situées au nord du Maroc, de jeunes Africaines et Africains refoulés témoignent de leurs tentatives malheureuses de passage en Espagne, nous donnant "leurs" versions des faits de ces évènements. Des paysans et une famille d’une petite ville de campagne, dont deux frères sont installés en Europe, disent leurs conditions de survie au Mali. Des acteurs de la société civile (historien, avocat, juriste, syndicaliste, essayiste et autre chercheur) interviennent dans leur domaine respectif (histoire, agriculture, commerce, dette, travail "illégal"), nous éclairant sur cette émigration sacrifice, criminalisée par les États européens, et sur les conditions d’emploi qui attendent les postulants au départ. La nécessité d'exposer les causes de ces flux migratoires nous a semblée incontournable. Quelles raisons poussent ces jeunes gens à partir "faire l'aventure", comme ils le disent eux-mêmes, travaillant parfois plusieurs années en Afrique du Nord afin de réunir la somme nécessaire au périlleux passage par la mer, ou tentant d'entrer dans les enclaves espagnoles en affrontant les grillages frontières et leurs gardes. Il nous semblait insuffisant de simplement donner à entendre ces histoires vécues, si horribles et si inacceptables soient-elles. On ne pouvait traiter de l’émigration en occultant les facteurs historiques, économiques, sociaux, culturels, et sans livrer les informations nécessaires à la compréhension du processus de la dette du "Tiers Monde"

A year after the tragic incidents that took place in September 2005 near the Ceuta and Melilla enclaves, young Africans testify to their failed efforts to reach Eldorado Europe. Horribly violent, sordid and savage, these poignant testimonies are difficult to watch. They are supplemented by the comments of civil society actors speaking at the 2006 Bamako Social Forum. The speakers denounce the criminalization of immigration and the working conditions of the migrants who are vital to Western society's wellbeing. Their observations throw a helpful light on the historic, economic and social factors that made such migration inevitable.