film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Comme un agneau
© Mundialsisters
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Véronique Guillaud, Christophe Juggery

IMAGE

Véronique Guillaud, Christophe Juggery

SON

Véronique Guillaud, Christophe Juggery

MONTAGE

Véronique Guillaud, Christophe Juggery

PRODUCTION / DIFFUSION

Mundialsisters

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Mundialsisters, La Maison du doc

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Distributeur(s) :

    Mundialsisters

  • Vidéothèque permanente, gérée par la Maison du documentaire, accessible sur place ou à distance et réservée exclusivement aux professionnels de l’audiovisuel.
    En savoir plus

Comme un Agneau a pour principal objectif de relater un an de la vie d'un éleveur ovin des Alpes de Hautes Provence à travers ses moments forts (transhumance, foins, agnelage...) ses moments creux (longs mois d'hiver), ses avantages mais aussi ses inconvénients, ses doutes mais aussi ses certitudes.
Un an de la vie d'une famille où le modernisme cohabite avec la tradition :
- le modernisme avec des tracteurs et outillages à la fois performants et adaptés à leurs besoins, internet, téléphone portable...
- la tradition avec la transhumance des brebis à pied, trois générations sous le même toit, la cuisinière à bois...
André et sa famille ont la sagesse de ne faire entrer dans leur vie que les innovations qui leurs sont réellement utiles et qui ne risquent pas de compromettre un mode de vie qui respecte les traditions. Ils arrivent ainsi à préserver une harmonie et un équilibre étranger à bien des citadins adeptes d'un modernisme qui relève souvent plus du marketing que d'une réelle modernité.
Un des avantages est de travailler en plein air, dans un environnement sain, en harmonie avec la nature. Mais il y a une contrepartie : la rudesse du climat l'hiver.
Il y a aussi les bêtes, l'amour que vous leur donnez et celui qu'elles vous rendent.
Mais avoir des bêtes, c'est être là 365 jours par an.
Et les voisins qui ont souvent besoin d'aide, mais que l'on peut appeler si nécessaire : l'entraide de la campagne.
Et puis il y a la réalité économique, un prix de la viande dérisoire qui ne suffit même pas pour couvrir la moitié du chiffre d'affaire nécessaire, les subventions qu'il est donc vital de ne pas perdre surtout en cette période de succession (André est proche de la retraite)... Et les salaires, inférieurs au SMIC, malgré les heures travaillées, les 35 heures en trois jours et le travail 7 jours sur 7... Heureusement la nature sait être généreuse avec ceux qui en prennent soin.
La vie d’André et Christophe, les chefs d’exploitation et de leur famille, c’est tout cela et beaucoup d’autres choses que nous avons l’occasion de découvrir maintenant qu’ils nous ont ouvert leur porte avec la spontanéité rare des gens de la campagne qui ont su rester généreux. Tout cela se passe entre "Les Allards", lieu-dit de Montclar, commune des Alpes de Hautes Provence et les alpages des communes environnantes, entre 1200 et 2500m d'altitude

À propos du film