film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
La Montagne magique
© The Kingdom
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Andrei Schtakleff

IMAGE

Alexandra Mélot, Andrei Schtakleff

SON

Andrei Schtakleff

MONTAGE

Qutaiba Barhamji

MUSIQUE ORIGINALE

Martin Wheeler

PRODUCTION / DIFFUSION

The Kingdom, Redstar Cinéma

PARTICIPATION

CNC. Aide au développement

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

The Kingdom, ADAV

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

À Potosi, en Bolivie, nous voilà plongés dans les tréfonds obscurs d’une mine. Et cette obscurité ne s’éclairera pas, ou très furtivement, et encore, d’une lumière plutôt faite de paroles. Mais ces paroles elles-mêmes, à la différence des nombreux "films de mine", évoquent peu le labeur des travailleurs, ou de biais. Cette mine s’affiche bien davantage comme un antre archaïque, un lieu de culte païen avec ses autels lucifériens inattendus, ou comme une caverne propice à recueillir et à protéger des récits équivoques. Le trésor de cette mine, on l’aura saisi, ce n’est plus la matière précieuse extraite par la souffrance, c’est la mémoire de la souffrance elle-même, jusqu’à la possibilité incongrue d’y accueillir des touristes. Cette magie indiquée par le titre, voilà le trésor désenfoui lentement par l’attention à la fois respectueuse, affectueuse et joueuse d’Andrei Schtakleff. On lui en sait gré. (Jean-Pierre Rehm, FIDMarseille 2015)

At Potosi, in Bolivia, we find ourselves plunged in the obscure depths of a mine. And this obscurity does not dissipate, or only furtively, yet only in a light made mainly of words. But these words themselves, contrary to many “fi lms of mines”, evoke little of the labour of the miners, or only obliquely. This mine presents itself more as another archaic foyer, a place of pagan worship with its unexpected luciferian alters, or as a cavern conducive to welcoming and protecting ambiguous tales. The treasure that this mine holds, as we have come to understand, is no longer the precious ore painfully extracted from its core, but the memory of the suffering itself, right up to the unseemly welcoming of tourists. This magic is shown by its title, here lies the treasure slowly unearthed by the respectful, affectionate and playful attention of Andrei Schtakleff. And we are grateful for this. (Jean-Pierre Rehm, FIDMarseille 2015)

À propos du film
Distinctions