film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Abdul et Hamza
© STUDavp
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Marko Grba Singh

IMAGE

Stasa Bukumirović, Marko Milovanović

SON

Milan Andjelović

MONTAGE

Jelena Maksimović

PRODUCTION / DIFFUSION

StudAVP (Student Audio Video Production)

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Marko Grba Singh

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Abdul et Hamza se cachent dans les montagnes. Armés de GPS, ils préparent leur évasion. Beaucoup d’attente, la vie commune et quotidienne dans une maison laissée à l’abandon. Quelques confidences échangées au sujet de leur famille respective, restée en Somalie. De la Serbie, presque rien : une conversation échangée en ville avec un habitant, l’ombre de la guerre, du rap chanté dans l’ambiance chaleureuse d’un bar. Depuis combien de temps sont-ils là ? Où iront-ils après ? Marko Grba Singh fait le choix d’en dire peu, pour mieux nous laisser deviner les liens invisibles qui unissent les deux migrants entre eux, à leur refuge temporaire, et à ceux qui les ont précédé dans l’exil et la résistance sous toutes ses formes. Leur présence discrète contamine des séquences dont ils paraissent à première vue absents : la visite d’un château dont la légende veut qu’il ait abrité deux rebelles célèbres du temps de l’Empire Ottoman, puis, pendant la deuxième guerre mondiale, deux résistants au régime nazi ; les pérégrinations en forêt d’une équipe de preneurs de son, occupés à capturer le bruit des avions militaires qui survolent la zone. Chacun à leur manière, Abdul et Hamza existent dans ce lieu auquel ils n’appartiennent pas. Abdul mange des citrons. Hamza grave son nom sur un rocher. Et quand l’heure de partir sera venue, ils disparaîtront.
(FIDMarseille 2015)

"Two migrants from Somalia find temporary refuge in the mountains near the Serbian-Romanian border. A film that is reminiscent of the Theatre of the Absurd and whose sequences showing the two protagonists resemble visual haikus: they walk in the forest, warm themselves before a fire, share opinions on the country, or rap. The dialogue, sometimes sad, often clever and funny, of this improbable yet very real duo resonate with that of Beckett. Abdul and Hamza’s actions, reduced to a minimum, hide internal tension and, above all, doubts on their future, on the place of these two errant souls in a world in transition, between what they come from and what they’re passing through. And suddenly, a piece of Serbian pop music interrupts the flow of thought and puts us, along with our two heroes, back on the road. Then, another melody, as it happens The Partisan by Leonard Cohen, will come and make them gently disappear... A subtle and minimalist account of the search for a better future."
(Jasmin Basic - Visions du Réel)

Distinctions