film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Allo chérie
© Danielle Arbid / Orjouane Productions
1/2
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Danielle Arbid

IMAGE

Sabine Sidawi

SON

Emmanuel Zouki, Olivier Touche

MONTAGE

Danielle Arbid

PRODUCTION / DIFFUSION

Danielle Arbid, Orjouane Productions

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Danielle Arbid, Tënk

ISAN : ISAN 0000-0004-6A18-0000-U-0000-0000-L
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • France, Liban | 2015 | 23 minutes | Téléphone portable
  • Un film de Danielle Arbid

De sa voiture qui parcourt Beyrouth, une femme – la mère de la cinéaste, qui lui dédie cet essai – appelle au téléphone ses banques, son avocat, ses amies, ses créanciers et leurs intermédiaires. "Norma, chérie, qu’il me signe le chèque aujourd’hui !"… Les "chérie" prodigués aux secrétaires n’y font rien : Jeannette se dit à bout, épuisée par le souci et l’insomnie, même si sa capacité à enchaîner les appels suggère qu’elle a encore du carburant verbal à revendre. Intermèdes amicaux, les échanges avec ses amies soulignent plutôt le fossé entre l’urgence angoissante de sa situation ("J’ai peur qu’ils kidnappent mon fils ! J’ai travaillé avec des voyous… ") et l’humeur badine de certaines interlocutrices ("Une femme de 110 ans a accouché hier."). La succession rapide de ces coups de fils, alliée à une déambulation qui paraît circulaire (le plan sur la grande roue de foire immobilisée), mêle à l’angoisse teintée de léger suspense une absurdité qui s’extrait des seules circonstances pour prendre une dimension existentielle. Négociation, lamentation, confidence, supplique : le montage de ce marathon langagier met bout à bout les différents discours, butant contre le nerf de la guerre : l’argent.
(Charlotte Garson)

Driving her car through Beirut, a woman – the filmmaker’s mother to whom this essay is dedicated – calls her banks, her lawyer, her friends, her creditors and their intermediaries. “Norma, dear, get him to sign the cheque today!” But the “dears” showered on the secretaries are to no avail: Jeannette says she is at her wits’ end, exhausted by worry and insomnia, even if the speed at which she makes call upon call suggests that she still has some verbal fuel to spare. Friendly interludes, chats with her friends underline the chasm between the nerve-wracking urgency of her situation (“I’m scared they’ll kidnap my son! I’ve worked with gangsters…”) and the bantering humour of some interlocutors (“A hundred-and-ten-year-old woman had a baby yesterday.”). The rapid succession of her phone calls coupled with what seems to be a circular drive round (the shot on the fairground’s unmoving big wheel) mixes this slightly suspenseful anguish with an absurdity that rises out of the immediate situation to reach an existential dimension. Negotiation, lamentation, confidence, supplication: the editing of this marathon of words joins up the different discourses, struggling against the sinews of war: money.
(Charlotte Garson)

Thématique
À propos du film
Distinctions