film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Federico García Lorca
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Magali Negroni

PRODUCTION / DIFFUSION

DMVB films, Vidéoplanning (Séville), France 3, France 3

PARTICIPATION

CNC

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

DMVB films, Jane Balfour Services

ISAN : ISAN 0000-0001-6994-0000-R-0000-0000-U
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Il y a des noms comme ça qu'on aura en tête toute sa vie et qui ne nous quitteront jamais. Ces noms m'appartiennent. Ils sont mon enfance. Jacques Tati, par exemple, avec "Les Vacances de Monsieur Hulot". Le cinéaste préféré de mon père [...] L'autre nom de mon enfance c'est Federico García Lorca. Le poète. L'homme préféré de ma mère. Bien sûr qu'elle connaissait ses textes, elle les récitait par cœur, mais surtout elle nous parlait de l'homme, lui qui "connaissait si bien les femmes", lui qui était "si bien". Quand mon père apprit que j'allais faire un film sur Lorca, la première chose qu'il me dit fut : "Tu en as parlé à ta mère ?" Quoi qu'il en soit, j'avais beau connaître l'Andalousie, d'autres films m'y avaient conduite, je savais que celui-ci serait un voyage que je ne ferais pas seule. Les quinze ans de ma mère, son premier voyage en Espagne, les chants populaires espagnols, les jupons rouges qu'elle se cousait adolescente pour faire plus espagnole, les œillets, la lune et le sourire mélancolique et tendre de mon père. Gracias, Federico

There are names that you remember all your life and that never leave you. These names are part of me. They are my childhood. For instance, Jacques Tati and "Mr Hulot's Holiday". My father's favorite film-maker [...] The other name from my childhood is Federico García Lorca. The poet. My mother's favorite male figure. Of course, she knew his poems, she recited them from memory, but most of all she talked to us about the man who was "so fine". When my father heard I was going to make a film about Lorca, the first thing he said was : "Did you discuss it with your mother ?" Be that as it may, I may have been familiar with Andalusia, other films had taken me there, but I knew this was one journey I could not make alone. My mother at age 15, her first trip to Spain, the Spanish popular songs, the red skirts she used to make herself as a teenager to look more Spanish, the carnations, the moon and my father's gentle, melancholy smile. Gracias, Federico.