film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Un peu, beaucoup, passionnément
Loves Me, Loves Me Not
© METALproductions
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Fabienne Abramovich

AUTEUR(S)

Michel Coulon

IMAGE

Fabienne Abramovich

SON

Fabienne Abramovich, Martin Stricker

MONTAGE

Fabienne Abramovich, Michel Coulon, Elizabeth Waelchli

PRODUCTION / DIFFUSION

METALproductions

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

METALproductions

ISAN : ISAN 0000-0004-280F-0000-K-0000-0000-E
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Une nuit d’été, au bord de l’eau, des centaines de personnes, hommes et femmes, se sont retrouvées là. C’est Paris, les bords du Canal de l’Ourcq, au bassin de la Villette et c’est comme ça depuis de nombreuses années. On pique-nique, joue à la pétanque, prend un verre entre amis dans un flot de paroles enivrant, dans cette atmosphère si caractéristique des soirées d’été de la ville des amoureux.
Un peu, beaucoup, passionnément nous donne la possibilité d’arpenter les quais, au fil de l’eau, de circuler d’un groupe à l’autre, au grès des discussions, de rencontrer des inconnus. Que les conversations soient sérieuses ou futiles, un seul sujet retient l’attention de la réalisatrice : l’amour, entre petits riens quotidiens et considérations philosophiques. Une dizaine de couples, amants ou amis s’épanchent très spontanément, sans se préoccuper de la caméra. On essaie ici de comprendre quelque chose du sentiment amoureux, d’expliquer l’émotion, le désir, de partager la relation intime, de défendre l’amour comme une expérience empirique. On parle rationnellement du plus irrationnel des sujets...
(Madeline Robert)

A summer night, on the water’s edge, hundreds of people, men and women, have gathered. It’s Paris, on the banks of the Ourcq Canal, La Villette basin and it has been like this for many years. People picnic, play boules, have a drink with friends in an intoxicating stream of words, in this atmosphere so charac- teristic of summer evenings in the city of lovers.
Loves Me, Loves Me Not offers us the possibility of roaming the banks, going with the flow, circulating from one group to another, at the whim of discussions and to meet strangers. Whether the conversations are serious or frivolous, a single subject attracts the attention of the director: love, amongst little every day trivia and philosophical considerations. A dozen couples, lovers or friends, wax poetically very spontaneously, without worrying about the camera. Here we try to understand something of the feel- ing of love, to explain the emotion, the desire, to share an intimate relationship, to defend love as an empirical experience. We talk rationally of the most irrational of subjects...
(Madeline Robert)

Thématique
Distinctions