film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Como me da la gana II
Comme il me plaira 2
This is the Way I Like It 2
© Agüero & Asociado
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Ignacio Agüero

IMAGE

David Bravo, Arnaldo Rodríguez, Gabriel Díaz, Ignacio Agüero

SON

Andrea López Millán, Mario Díaz

MONTAGE

Sophie França

PRODUCTION / DIFFUSION

Agüero & Asociado

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Agüero & Asociado

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Il y a trente ans au Chili, en pleine dictature, Ignacio Agüero avait réalisé un film bref intitulé Comme il me plaira. Il s’y autorisait à interrompre le travail de ses collègues pour les questionner sur le sens de leur travail. Agüero, fort d’une évidente insolence joueuse, reprend aujourd’hui le fil de cet ouvrage socratique : pendant cette période actuelle, faste, nationalement et internationalement, du cinéma chilien, il s’entête et vient reposer à ses jeunes camarades cinéastes la question de l’essence du cinéma. Mais ce second volet ne se contente pas de seulement mener enquête. D’autres images, privées, d’enfance, et le témoignage d’une institutrice qui menait des ateliers cinéma, s’ajoutent aux réponses glanées sur les lieux de tournage. Les archives du présent s’entremêlent à celles d’hier. C’est qu’il s’agit aussi, de relever le défi de répondre lui-même à la question posée tout au long du film, et d’y offrir réponse non par des phrases (dans lesquelles ses camarades se trouvent souvent piégés), mais par des images. Mieux, par le montage subtil, indirect, et néanmoins manifeste, de toutes ces images entre elles, qui semblent pointer ensemble une source tout en amont : le secret muet de l’enfance.
(Jean-Pierre Rehm)

The simplest questions are often the most disturbing, and therefore the most difficult to answer. Ignacio Agüero experiments with this sense of confusion as he documents the shooting of several films created between 1984 and 1985, at a time when cinema – as with many other things in Chile – seemed on the brink of disappearing. The director, always present as himself on screen, asks: “Why are you making this film? Who will see it? What is your relationship with your characters?” The answers, and the embarrassment they provoke, are very revealing.

Distinctions