film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Les Jeux d'Hitler - Berlin 1936
© Arte France
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Jérôme Prieur

IMAGE

Renaud Personnaz

MONTAGE

Isabelle Poudevigne

MUSIQUE ORIGINALE

Marc-Olivier Dupin

PRODUCTION / DIFFUSION

ARTE France, Roche Productions

PARTICIPATION

France Télévisions

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

ARTE France Distribution, Terranoa, ADAV

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

En 1936, Berlin était une ville magnifique, cosmopolite, où régnait une douceur de vivre sans égale. Les Allemands brillaient par leur raffinement, les policiers par leur plurilinguisme. Et le maître de ce pays de cocagne, Adolf Hitler, n'était finalement qu'un despote éclairé, pacifique...
Pendant les quinze jours qu'ont duré les Jeux olympiques de Berlin, l'Allemagne nazie a tout fait pour présenter cette image au monde. Elle y est parvenue. CIO, gouvernants, public : tous sont tombés sous le charme maléfique de ces Jeux. Aujourd'hui, le triomphe de l'athlète noir Jesse Owens (quatre médailles d'or) semble consacrer la victoire du sport et de l'idéal olympique. Mais cette belle histoire n'est qu'un arrangement avec la réalité...
Les Jeux de Berlin ne furent qu'un instrument décisif dans la prise de contrôle de la société par le parti national-socialiste, offrant en même temps une vitrine grandiose pour la reconnaissance internationale de l'Allemagne nazie.

While watching images captured just eight decades ago at the 1936 Olympic Games, one would almost forget that they were shot in the throes of Nazi Germany. The triumph of Jesse Owens, who won four gold medals in Berlin, still seems to enshrine the victory of sport and the Olympic ideal, as if the young black American athlete had been our champion who was able to vanquish, in a sportive way, the Nazi monster. Using only archival documents and unreleased amateur films, Jérôme Prieur's film chronicles the massive propaganda operation launched by Hitler in 1933. After witnessing the preparation and orchestration of a performance that dealt more with politics than sport, we come to realize that the 1936 Olympic Games were a game of appearances.

Distinctions