film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
La Fontaine de l'amour
© Ateliers Varan
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Comment rencontrer l’Autre ? À la recherche de ce qui fait lien, j’ai découvert à Lasalle, en dehors des milieux organisés et institutionnalisés du village, une fontaine à laquelle les habitants viennent encore chercher de l’eau. Si elle ne représente plus, comme dans l’ancien temps une véritable institution autour de laquelle s’organise la vie en communauté, la Fontaine de l’Amour m’a semblé être un puissant facteur d’imaginaire et de lien social. Les puiseurs d’eau sont riverains, Lasallois, Cévenoles et même gens-de-la-ville. Telle l’eau, archétype de l’informel qui s’adapte à toutes les formes, ils représentent une certaine diversité de la société, tous genres et générations confondus. Ils partagent une pratique ancestrale (généralement abandonnée depuis l’arrivée de l’eau courante dans les habitations individuelles), la croyance en la puissance de cette eau (qui n’est pourtant certifiée potable par aucune analyse), et des légendes païennes qui font référence à l’histoire du village. Même en hiver les puiseurs d’eau affluent avec leur verre, leur cruche, leurs bouteilles et bidons à la Fontaine de l’Amour. À travers le filtre de l’eau, on découvre des personnalités singulières qui se racontent, se croisent, controversent et rêvent. Entre rêverie et réalité, on parle d’amour et d’eau fraiche, d’attaches et d’habitudes, d’hygiène de vie, d’histoires locales, on échange des croyances intimes et souvent collectives, on s’interroge sur les enjeux mondiaux de l’eau. Alors, aller chercher l’eau à la Fontaine de l’Amour devient un acte de résistance à l’individualisme de la société, à la pollution et à la privatisation de l’eau, besoin vital et encore bien-commun de l’humanité.

Distinctions