film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Laloux sauvage
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Florence Dauman

PRODUCTION / DIFFUSION

Argos Films

PARTICIPATION

CNC, Ciné Cinéma, Procirep, Angoa-Agicoa

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Argos Films, Tamasa Distribution, Images de la culture (CNC)

ISAN : ISAN 0000-0002-61C3-0000-9-0000-0000-A
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Consacré à René Laloux (1929-2004), l'un des maîtres du cinéma d'animation français, Laloux sauvage dessine un aperçu de l'œuvre et des conceptions graphiques de l'auteur finalement peu connu de La Planète sauvage (1973). Des premières expériences cinématographiques à la clinique de La Borde jusqu'aux dernières réalisations, en passant par sa collaboration avec Roland Topor, le cinéaste lui-même revient sur une carrière "en dents de scie". Hilare, un poil débraillé, René Laloux nous apparaît effectivement, dès les premières images (le tournage date de 2001), comme quelque peu "sauvage". Sauvage, comme sa trajectoire de cinéaste, qui sera tout sauf linéaire et conventionnelle. Elle débute à l'hôpital psychiatrique de La Borde, où Laloux anime des ateliers de dessins et d'ombres chinoises dont naîtront deux films : Tic-Tac (1957) et Les Dents du singe (1960). C'est là qu'a lieu la rencontre cruciale avec Topor, avec qui il formera dix ans durant un "couple d'alliés artistiques". Florence Dauman s'arrête largement sur leur chef d'œuvre, La Planète sauvage, et sur les conditions ubuesques de son tournage. Réussite incontestable (Prix spécial du jury à Cannes), le film marque aussi un coup d'arrêt pour Laloux, qui rompt avec Topor. Collaborant par la suite avec de grands dessinateurs français (Caza, Mœbius), il ne retrouvera pourtant jamais, de son propre aveu, les moyens de poursuivre une œuvre digne de ses ambitions.
(Damien Travade)