film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
L'Orchidoclaste
© Killers Film / Cité de l'Architecture et du Patrimoine
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Commande de la Cité de l’architecture et du patrimoine, il fallait compter sur le style de sa réalisatrice, Laetitia Masson, pour que ce portrait d’architecte s’éloigne volontairement des critères classiques. Primauté accordée à la subjectivité de son auteure donc, pour ce récit mettant en scène l'architecte star à l'accent méridional, Rudy Ricciotti, au fil de ses déplacements quotidiens, entre travail de directeur d’agence et pêche aux crabes.
Connu pour son franc-parler, Ricciotti aime aussi se laisser aller à des pensées sur l’art et la philosophie, surtout lors de nuits au bord de la mer, à la lueur des bougies, où se fait entraîner la réalisatrice. Finalement, l’auteur de L’architecture est un sport de combat (Textuel, 2013) ne baisse les armes que sur les chantiers qu'il dirige, tant le spectacle de l’œuvre en formation le captive. En suggérant plus qu'elle ne montre - flux d'images en surimpression - Laetitia Masson déroule les projets en cours ou réalisés : MuCEM à Marseille, Collection Wunderman à Menton, département des Arts de l’Islam du Louvre, Villa 356 (habitat privé), Maison de l’emploi à Saint-Etienne. Passé maître dans l’art de "sculpter" la matière à grande échelle, Ricciotti "vu par" Masson apparaîtrait plutôt comme un torero en représentation - à l'image de cette corrida qui parcourt le film. Un jeu auquel l’orchidoclaste ("casse-couille" en grec ancien) se prête bien volontiers.
(Eléonore Muhidine)

Thématique