film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Lajji - Un businessman africain
© Les Films du village
1/2
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Catalogue des vidéos à la demande

  • Distributeur(s) :

    Zaradoc Films

  • Vidéothèque permanente, gérée par la Maison du documentaire, accessible sur place ou à distance et réservée exclusivement aux professionnels de l’audiovisuel.
    En savoir plus
  • Depuis ses origines en 1978, le fonds Images de la culture, géré directement par le CNC depuis 1996, constitue un outil privilégié pour la diffusion de la culture audiovisuelle en France. Le catalogue totalise aujourd’hui plus de 2700 œuvres documentaires.

    + Images de la Culture
  • Ce film est préservé et consultable à la Bibliothèque nationale de France (bibliothèque de recherche, sur accréditation).
    Plus d'informations sur le dépôt légal

À 66 ans, El Haj Oumarou Kanazoé est l'homme le plus riche de l'un des pays les plus pauvres du monde, le Burkina Faso.
Orphelin de père, ayant fréquenté l'école coranique durant plusieurs années, il est d'abord un simple tisserand avant de se lancer rapidement dans le transport routier puis dans le bâtiment et le génie civil.
Il devient alors un homme incontournable de la vie nationale du Burkina et un exemple pour tous ses compatriotes puisqu'il ne sait ni lire, ni écrire.
Apolitique, il est un parfait autodidacte. Il fascine autant les Africains que le reste du monde par son incroyable réussite.
Brigitte Delpech et Karim Miské s'attachent à tracer le portrait d'un homme dans toute sa complexité et à saisir quelques données fondamentales sur les mutations économiques et sociales en cours en Afrique.

"Il était une fois, un pauvre tisserand qui, à force d'obstination, est devenu le seigneur le plus riche de la région et le grand bienfaiteur de Yako, son village natal. Un beau conte capitaliste que celui de Kanazoé dit Lajji, milliardaire burkinabé, grand distributeur de francs CFA devant l'Éternel. Lajji se conte et se raconte, affinant sa légende et consacrant sa gloire.
Des pagnes tissés en famille qu'il va, enfant, vendre à pied dans les villages à la première boutique une décennie plus tard ; de l'achat d'un camion pour transporter les ouvriers burkinabés dans les pays voisins au réseau d'amis bien placés qu'il sait se constituer quand la Haute-Volta devient indépendante... Et voilà Lajji aujourd'hui, à la tête d'une entreprise florissante de travaux publics, propriétaire de villas luxueuses, d'une mosquée privée, d'un hélicoptère béni par le marabout, père de vingt-cinq enfants et mari de quatre épouses qui "restent derrière" et "ne commandent pas comme chez les blancs". Les audiences de solliciteurs ? Uniquement le matin tôt, car "l'argent se mérite". Les chantiers ? Omniprésence et discipline de fer. Les affaires ? Florissantes quand on est le meilleur. La religion ? N'est-il pas l'"élu de Dieu", comme le nomment les chanteurs du Burkina Faso ?
"
(Doucha Belgrave)

Lajji is one of the richest man in one of the poorest countries, Burkina Faso.
This very special man who started from scratch has become a multimillionaire entrepreneur in a very "African" way no Westerner would have succeed in.
This film makes the portrait of one of these remarkable Africans who played a leading part in their fate, in their continent.

Distinctions
  • 2001 : Images en bibliothèques - Paris (France) - Film soutenu par la Commission nationale de sélection des médiathèques