film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
La Fureur de voir
Lust for Sight
© Bande à part Films / Les Films du Tambour de Soie
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Manuel von Stürler

IMAGE

Claire Mathon

SON

Manuel von Stürler, Etienne Curchod

MONTAGE

Karine Sudan

MUSIQUE ORIGINALE

Arthur Besson

PRODUCTION / DIFFUSION

Bande à Part Films, Les Films du Tambour de Soie, RTS - Radio Télévision Suisse, SRG SSR

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Bande à Part Films, Tënk

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

La vue, comme d'autres sens, relève autant de l'expérience personnelle que de l'absence de possibles comparaisons. Comment savoir ce que les autres perçoivent et de quelle façon ; comment décrire lorsque les points de repère sans cesse se défilent ? Confronté au risque de cécité depuis l'enfance, Manuel von Stürler vit dans l'appréhension de cette fatalité et condition ; sa Fureur de voir retrace un parcours initiatique dans l'univers de la vision et des sens, dans la définition du noir ou du rien. Après Hiver nomade, son premier film qui avait notamment remporté le prix du meilleur documentaire européen en 2012 et accompagnait avec grande délicatesse une transhumance hivernale, le cinéaste se mesure cette fois à sa propre histoire, et élabore un film profondément personnel, à la portée immanquablement universelle. Dans une quête introspective liée aux origines et à l'enfance, à la douleur présente et passée, à l'angoisse des êtres, le cinéaste façonne un langage cinématographique et un dispositif visuel immersif et prenant, pour s'adresser à chacun de nous.
(Emilie Bujès)

Sight, like other senses, is as much a matter of personal experience as of the absence of possible comparisons. How can we know what others see and in what way? How can we describe when our reference points are constantly escaping? Faced with the risk of blindness since childhood, Manuel von Stürler lives in dread of this fate and condition; his Lust for Sight (Fureur de voir) retraces an initiatory journey into the universe of vision and senses, into the definition of darkness or of nothing. After Hiver nomade, his first film that notably won Best Documentary at the 2012 European Film Awards, which followed a winter transhumance with great sensitivity, the filmmaker tackles his own story this time. He develops a profoundly personal film, with an inevitably universal reach. In an introspective search linked to origins and to childhood, to present and past suffering, to the anguish of beings, the filmmaker fashions a cinematographical language and an immersive and absorbing visual device, which speaks to each and every one of us.
(Emilie Bujès)

À propos du film
Distinctions