film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
A Moon of Nickel and Ice
Sur la lune de nickel
© Les Films Camera Oscura
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

François Jacob

IMAGE

Vuk Stojanovic, François Jacob

SON

Héléne Magne

MONTAGE

François Jacob, Jéricho Jeudy

MUSIQUE ORIGINALE

Viviane Audet, Robin-Joël Cool, Alexis Martin

PRODUCTION / DIFFUSION

Les Films Camera Oscura

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Les Films du 3 mars

ISAN : ISAN 0000-0005-153A-0000-5-0000-0000-M
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

La ville sibérienne de Norlisk, au nord du cercle Arctique, a été établie à cet endroit en raison de gisements de nickel et d'autres métaux. Bâtie sous Staline par les prisonniers du Goulag – qui furent quelque 650 000 entre les années 1930 et 1950 – elle constitue aujourd'hui encore une cage à ciel ouvert, emprisonnée par le paysage glacial, empreinte de souffrance et d'histoire. À l'aune de ces prémices, tandis que les mineurs se souviennent de l'ancienne camaraderie soviet, des descendants de prisonniers et des artistes de théâtre aspirent quant à eux à mettre en lumière le passé sombre de Norlisk, enterré sous le sol gelé et la censure. Dans l’âpreté des vents glacés battant la ville, suffocant dans la fumée toxique des usines, les êtres racontent le quotidien et les rêves, et les adolescents aspirent à la fuite vers d'autres vies possibles. Une fresque aux allures de roman russe qui, comme la ville, hésite invariablement entre le noir de la mine et de la fumée, et le blanc du ciel et de la beauté polaire immaculée.
(Emilie Bujès)

The Siberian city of Norilsk, above the Arctic Circle, was established here for the nickel and other metal deposits. Built under Stalin by Gulag prisoners—who numbered some 650,000 between 1930 and 1950—today it still constitutes an open-air cage, imprisoned by the glacial landscape, imbued with suffering and history. From these beginnings, whereas the miners remember the old Soviet camaraderie, theatre artists and the descendants of prisoners strive to highlight the dark past of Norilsk, buried beneath frozen ground and censorship. In the harshness of the icy winds battering the city, suffocating in the toxic smoke of the factories, people recount daily lives and dreams, and teenagers hope to flee to other possible lives. A fresco with the appearance of a Russian novel which, like the city, invariably hesitates between the black of the mine and of the smoke and the white of the sky and of the immaculate polar beauty.
(Emilie Bujès)

À propos du film
Distinctions