film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Lida
© Adomeit Film / Memento Film
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Anna Eborn

IMAGE

Virginie Surdej, Nadim Carlsen, Kristoffer Jönsson, Johan Hannu

SON

Philip Nicolai Flindt

MONTAGE

Anna Eborn

MUSIQUE ORIGINALE

Katja Wictorsson

PRODUCTION / DIFFUSION

Adomeit Film, Momento Film

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Adomeit Film

ISAN : ISAN 0000-0004-7151-0000-1-0000-0000-Y
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Danemark, Suède | 2017 | 88 minutes
  • Un film de Anna Eborn

"Un arbre gémit et gémit mais ne se brise jamais. Un arbre solide se renverse et disparaît." Embrassant un tissu de lieux et de temps – la Suède des années 1930, un camp de travail sibérien et l'Ukraine aujourd'hui – Lida se situe quelque part entre le requiem mystérieux et le roman documentaire. Il brosse le portrait d'une Babouschka vivant dans une maison de retraite en Ukraine et se révélant être la dernière à parler un ancien dialecte suédois, au sein d'une colonie de la même origine datant du XVIIIe siècle. Si la guerre est omniprésente, hier et aujourd'hui, elle ne constitue finalement qu'une toile de fond dans laquelle l'Europe et le monde se déchirent, engendrant les déplacements, de vies et d'histoires. Tandis que les membres de sa famille demeurent en Russie, y compris son fils Arvid, la pétulante Lida s'est entichée d'un homme et d'un village aux apparences de bout du monde. Ce n'est qu'à travers le film, impressionniste et onirique, qu'une forme de dialogue familial peut exister. Si certains éléments du récit ainsi s'esquissent, d'autres demeurent insaisissables, à l'image du caractère de la protagoniste. 
(Emilie Bujès)

“A tree moans and moans but never breaks. A strong tree tips over and is gone.” Embracing a fabric of places, times and stories - the Sweden of the 1930s, a Siberian work camp, and contemporary Ukraine - Lida is situated somewhere between a mysterious requiem and a documentary novel. It paints a portrait of a Babouschka living in a retirement home in Ukraine who turns out to be the last to speak an old Swedish dialect - in a colony of the same origins dating back to the 18th century. Although war is omnipresent, yesterday and today, in the end it is just a backdrop against which Europe and the world rip each other apart, leading to movements, of lives and stories. While members of her family, including her son Arvid, remain in Russia, the petulant Lida has fallen for a man and a village that looks like the end of the world. It is only through the film, impressionistic and dreamlike, that a form of family dialogue may exist. While certain elements of the story are thus sketched out, others remain elusive, much like the personality of the protagonist.
(Emilie Bujès)

À propos du film
Distinctions
  • 2017 : Visions du Réel - Nyon (Suisse) - Compétition Internationale Longs Métrages