film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Antão, o invisível
Antoine, l'invisible
Anthony, the Invisible One
© Alogon Films
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Sergio Da Costa, Maya Kosa

IMAGE

Sergio Da Costa

SON

Miguel Martins, Miguel Moraes Cabral

MONTAGE

Sergio Da Costa, Maya Kosa, Antonio Trullén Funcia

PRODUCTION / DIFFUSION

Maya Kosa, Alogon Films

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Alogon Films, Tënk

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

La Tentation de Saint Antoine est un triptyque du peintre néerlandais Jérôme Bosch, exposé au Musée national des arts anciens de Lisbonne. Il reproduit de façon visionnaire les tentations du saint homme dans le désert, en jouant sur l’allégorie religieuse, les symboles mystiques de son époque et le goût populaire pour l’illustration. Plus qu’une image réelle il est une image mentale. C’est donc de cette image mentale, qui se transforme vite en imagination, que traite Anthony, the Invisible One, où une guide présente le célèbre tableau à trois publics différents : des personnes voyantes, des aveugles et un homme sourd et aveugle. Avec des clefs d'accès spécifiques pour chaque public, l’œuvre est dévoilée peu à peu. En dix-sept minutes (telle est la durée de ce court métrage) une question ne cesse d’apparaître sans être posée : que signifie voir, dans le domaine de l’art ? La perception d’une œuvre d’art correspond-elle à une approche visuelle ? Ou passe-t-elle plutôt par le monde des idées et l’imagination ? La réponse est peut-être dans une stupéfiante révélation finale.
(Luciano Barisone)

The Temptation of Saint Anthony is a triptych by the Dutch painter Hieronymus Bosch, exhibited in the National Museum of Ancient Art in Lisbon. In a visionary manner, it reproduces the temptations of the holy man in the desert by playing with the religious allegory, the mystical symbols of his age and the popular taste for illustration. More than a real image, it is a mental image. This mental image, which transforms very quickly into imagination, is therefore the subject of Anthony, the Invisible One, in which a guide presents the famous painting to three different audiences: sighted people, blind people, and a deaf and blind man. With access keys that are specific to each audience, the work is gradually unveiled. In seventeen minutes (such is the length of this short film), a question emerges again and again, without being asked: in the field of art, what does seeing mean? Does the perception of a work of art correspond to a visual approach? Or does it instead involve the world of ideas and imagination? The answer is perhaps in a stupefying final revelation.
(Luciano Barisone)

À propos du film
Distinctions