film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
La Pesca
© Picúa
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Fernando Lopez Escriva, Pablo Alvarez-Mesa

IMAGE

Fernando Lopez Escriva, Pablo Alvarez-Mesa

SON

Kyle Stanfield, Cory Rizos, Guido Deniro

MONTAGE

Lucas Villegas

PRODUCTION / DIFFUSION

Picúa

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Picúa

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Construit autour d’une journée de pêche, du départ au cœur de la nuit jusqu’à ce que les filets soient sortis de l’eau gorgés de poissons, La pesca s’organise sur les flancs rocheux d’une petite crique colombienne. La pêche, c’est avant tout l’attente d’un groupe d’hommes. Ici, elle est retranscrite avec tous les ressorts sensoriels du cinéma : une caméra au plus près de l’eau et des vibrations de la surface de la mer, une captation sonore entre ressac et clapotis à la proue de la barque, un montage qui se construit entre le souffle du vent et les gestes des hommes qui tissent les filets ou épuisent leur attention dans les rythmes hypnotiques du jeu de domino. La pêche, c’est le temps qui passe à guetter le poisson. L’équilibre subtil entre les gros plans qui appuient l’intériorité solitaire de cette attente et les plans plus larges où l’on guette les détails au sein du groupe : un plus jeune qui bâille en arrière-plan ou un chaton, en bord de cadre, qui guette les restes… On se surprend alors à chercher, nous aussi, le signe annonciateur du banc de barracudas.
(Madeline Robert)

Built around a day of fishing, from the departure in the middle of the night until the nets are brought out of the water full of fish, La pesca is structured on the rocky slopes of a small Colombian cove. Fishing is, above all, the waiting of a group of men. Here it is transposed with all the sensory resources of film: the camera positioned as close as possible to the water and the vibrations of the surface of the sea, the sound recording between backwash and lapping at the prow of the boat, the editing constructed between the howl of the wind and the gestures of the men who weave nets or wear out their attention on the hypnotic rhythms of a game of dominos. Fishing is time spent looking out for fish. The subtle balance between the close-ups that underpin the solitary interiority of this waiting and the wider shots where we watch details within the group: a younger fisherman who yawns in the background or a kitten, on the edge of the frame, who is watching the leftovers… So we surprise ourselves when we, too, start to look out for the signs announcing the shoal of barracudas.
(Madeline Robert)

Distinctions