film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Dans le lit du Rhône
The River's Bed
© GoldenEggProduction
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Mélanie Pitteloud

IMAGE

Denis Jutzeler

SON

Masaki Hatsui, Jürg Lempen, Bernhard Zitz, Gilles Abravanel

MONTAGE

Annie Jean

MUSIQUE ORIGINALE

Jean-Sébastien Ledewyn

PRODUCTION / DIFFUSION

GoldenEggProduction, RTS - Radio Télévision Suisse, SRG SSR

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

GoldenEggProduction

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Depuis sa première correction en 1863, étirée sur une génération en quête de progrès, le Rhône est corseté, captif de digues bâties par les Hommes. À la recherche d'un territoire semblant perdu, Mélanie Pitteloud dessine la cartographie humaine, biologique et poétique de la vallée (valaisanne) du fleuve, alors que s'amorcent les nouveaux travaux de correction. Ayant notamment recours aux images d'archives, elle arpente une histoire et accueille d'autre part les récits d'acteurs de ce changement, ou d'habitants entretenant avec le Rhône des rapports complexes. "Il faut aller si loin, maintenant, pour trouver un coin sauvage : toute la plaine est irriguée, plantée au cordeau, le Rhône que grand-mère entendait la nuit, le jour, et qui venait lécher le bas de sa demeure (...), le Rhône est si petit, étranglé entre les digues, qu'on ne l'entend plus" (Les Sœurs Caramarcaz, drame inachevé de Corinna Bille). À l'instar d'autres auteurs s'étant intéressés au fleuve, une cinéaste explore de l'intérieur, un lieu et ses supposées améliorations, avec finesse et sans doute un peu d'affection pour le cours d'eau ainsi soumis.
(Emilie Bujès)

Since its first correction in 1863, stretched over a generation in search of progress, the Rhône has been constrained, held captive by the dykes man built. Looking for a territory that seems lost, Mélanie Pitteloud draws the human, biological and poetic cartography of the river’s valley (in the canton of Valais), as new corrective works begin. Notably using archive images, she surveys a history and welcomes, furthermore, the accounts of actors of this change, or those of inhabitants maintaining complex relationships with the Rhône. “You have to go so far, now, to find a wild corner: the whole plain is irrigated, precisely planted, the Rhône that grandma used to hear at night, in the day, and that came to lap at the bottom of her home (...), the Rhône is so small, strangled between the dykes, that we can no longer hear it.” (Les Sœurs Caramarcaz, an unfinished drama by Corinna Bille). Like other authors having taken an interest in the river, a filmmaker explores, from the inside, a place and its supposed improvements, with finesse and undoubtedly a little affection for the water course that has thus been subdued.
(Emilie Bujès)

Distinctions