film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
The Art of the Symphony
L'Art de la symphonie
© DSCH Films
1/2
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Alan Mercer

IMAGE

Alan Mercer

SON

Valérie Baheux

MONTAGE

Alan Mercer

MUSIQUE ORIGINALE

Gennadi Rozhdestvenski

PRODUCTION / DIFFUSION

DSCH Films

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

DSCH Films

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

L’Art de la Symphonie donne à voir en temps réel la création de 3 toiles inspirées par la 4ème Symphonie de Chostakovitch : c’est le cœur du film. Tourné à Prague, le film aborde le thème de la liberté face à l’oppression, et lie ce sujet à l’histoire du peuple tchèque. Des images captées sur les sites de l’époque communiste ainsi que des images d’archive alternent avec les séquences montrant la genèse du processus de création des toiles, par l’artiste Maryleen Schiltkamp. Un traitement qui permet la mise en perspective de l’époque et l’intemporalité de la création artistique. Chostakovitch a su façonner son propre langage musical, une façon claire et puissante de communiquer directement avec ses compatriotes, dont il partageait la souffrance et l’espoir. Malgré une pression quasi constante cette empathie a demeuré et Chostakovitch n’a jamais cessé d’œuvrer et de nous livrer sa musique.

The film witnesses the creation, by artist Maryleen Schiltkamp, of 3 live-paintings, evoking passages from Shostakovich’s 4th Symphony. Filmed in Prague, the film tackles the theme of freedom from oppression, just as we encounter in Shostakovich’s music, and relates it to the history of the Czech people. Former Communist sites and archive footage in the film are combined with passages showing the various artistic processes in the studio. This heightens the sense of relevance even for today, through key moments of the artworks’ creation. During the time of the Great Terror and up to Stalin’s death in 1953 and even in later years, Shostakovich was able to forge his own musical language, speaking with stunning emotional power to the Russian people, in total empathy with their suffering, and the life-threatening pressure Shostakovich was under in his life never stopped him from composing.