film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Hôtel Echo
© L'atelier documentaire
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Eléonor Gilbert

IMAGE

Eléonor Gilbert

SON

Eléonor Gilbert, Xavier Thibault

MONTAGE

Laureline Delom, Eléonor Gilbert

PRODUCTION / DIFFUSION

L' Atelier documentaire

PARTICIPATION

Région Nouvelle-Aquitaine

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

L' Atelier documentaire

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Hôtel Echo est un film sur la lecture de signes et l’apprivoisement de la vue, qui se passe l’été dans une tour de guet. Nous sommes deux guétteuses des départs de feux, au sommet d’un mont ardéchois, jour et nuit. Entre les feux qui jaillissent, je ré-explore des contes puis des souvenirs liés à la violence qu’on appelle domestique, parfois presque invisible et entremêlées au quotidien, dont les signes sont difficiles à faire émerger, pour soi, pour les autres. Ces histoires d’abord obscures deviendront l’objet d’un guet intérieur et trouveront un éclairage le long du film. Ce récit pourrait aussi bien être interprété comme celui de deux spationautes qui essaient de sonder l’espace pour lever une compréhension de leur monde, toutes proportions gardées et avec des moyens très rudimentaires : des cartes, des jumelles, et un rapporteur pour trouver l’azimut.

A pine forest, an ancestral fear and obscure memories of a folktale that is childish only in name; that of Bluebeard, who murdered his wives. So begins Hôtel Echo, announcing other stories, far removed from fairy tales, which emerge from memory due to an attentive gaze. The observation point? A watchtower perched on a mount in Ardèche from where two women keep an eye out for the beginnings of fires. A few maps, binoculars, a protractor, their tools are very simple, like the device implemented by Eléonor Gilbert, who explores the idea of a possible inner lookout. With the gaze thus sharpened, the narrator-lookout recalls forgotten stories, repressed stories, stories of violence that we call domestic, whose signs are so difficult to draw out. Could we find a perfect observation point to spot them? Or a kit of simple tools and a shared vocabulary to talk about them? She offers an attempt that is more necessary than ever, an exercise in mastering view, which puts the audience themselves into the position of the lookouts.
(Céline Guénot)

À propos du film
Distinctions