film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Jeanne Moreau l'affranchie
© Kuiv productions
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Virginie Linhart

MONTAGE

Laure-Alice Hervé

MUSIQUE ORIGINALE

Baptiste Thiry

PRODUCTION / DIFFUSION

Kuiv Productions, ARTE France, INA - Institut National de l'Audiovisuel

PARTICIPATION

TV5 Monde, Ciné+, RTS - Radio Télévision Suisse

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Kuiv Productions

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

"Dès qu’il y a une nouvelle vague quelque part, on sonne à ma porte et c’est pour moi !" avait l’habitude de dire Jeanne Moreau. On ne saurait mieux résumer le rapport au cinéma de celle dont la personnalité hors du commun a rencontré le désir de cinéastes attirés par la modernité. Entre la fin des années cinquante et la décennie soixante portée par la Nouvelle Vague, Jeanne Moreau devient l’héroïne de réalisateurs – Louis Malle, Michelangelo Antonioni, François Truffaut, Jacques Demy, Orson Welles, Luis Bunuel – qui révèlent l’étrangeté de son jeu, comparable à nul autre. Femme libre avant l’émancipation féminine, actrice transgressive dans une société normative, amoureuse affranchie des conventions, la comédienne a toujours mélangé la vie et la scène, brouillant les pistes et les frontières. Pour elle, tout était affaire de rencontres. Il s’en suivra une carrière ahurissante avec plus de 130 films joués, 50 pièces de théâtre interprétées, un tourbillon de chansons inoubliables servies par la voix rauque de celle qui ne s’est jamais résolue à cesser de fumer. Mais pour comprendre la trajectoire de la dernière grande star française du XXe siècle, disparue le 31 juillet 2017 à l’aube de ses 90 ans, il faut revenir à la dizaine de films d’Ascenseur pour l’échafaud à Journal d’une femme de chambre en passant par Jules et Jim, La Notte ou La Baie des Anges qui l’ont révélée à elle même et au grand public. Moteur !

Distinctions