film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Ciao Bashiru
© Badland Films
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Théo Charamond, Francesca Quercia

IMAGE

Théo Charamond

SON

Francesca Quercia

MONTAGE

Pierre Boivin

PRODUCTION / DIFFUSION

Badland Flms

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Badland Flms

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Bashiru erre sous les arcades des rues commerciales de Turin. Des couples se promenent main dans la main et un saxophoniste joue ses plus grands classiques. Plongé dans ce fourmillement urbain, Bashiru se laisse porter sans savoir quoi faire ni où aller. L’air est glacé, les rues de Turin sont hostiles lors de cet hiver 2011. Les douces paroles prononcées par sa mère le jour de son départ du Ghana résonnent en boucle dans sa tête. Il pense à son fils qu’il ne voit pas grandir. Où sont- ils ? Comment vont-ils ? Il avait promis de les aider, de leur envoyer de l’argent. Livré a lui-même en terres inconnues, ses projets d‘avenir prennent un chemin inattendu. Autour de lui, ses amis réfugiés glissent lentement vers la folie. Certains plongent dans la délinquance, d’autres n’arrivent même plus à quitter leur lit. Bashiru lutte contre la démence qui l’entoure et essaie de réagir. Tous les jours, il prépare son sac à dos et se rend dans les différents centres d’accueil éparpilles aux quatre coins de la ville. À chaque fois qu’il croise un réfugié, il s’arrête pour lui parler. Il veut rassembler autour de la cause des réfugiés.

2011. An Italian Navy ship docks at the port of Lampedusa. On board is Bashiru, a Ghanaian refugee fleeing the war in Libya. Left to his own devices in the heart of the migratory chaos, he survives on the streets of Turin. Without any prospects for the future, he attempts to protect himself from both the streets and his inner demons. After 5 hard years, Bashiru finally finds work on a farm. At peace, he sees hope once again and believes he can find his son and mother, who have remained in his home country.