film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Martins
© Velku Fonds
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Laila Pakalniņa

IMAGE

Uvis Burjans

SON

Andrijs Krenbergs

MONTAGE

Andris Zemitis

MUSIQUE ORIGINALE

Raimonds Tigulis

PRODUCTION / DIFFUSION

Velku Fonds

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Hargla Company

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Martins est un enfant handicapé qui dépendra toujours de ses parents. Ces derniers parlent de leur vie et de Martins, en partageant leurs peurs et leurs espoirs pour l'avenir de leur fils. Nous écoutons tout en observant les images paisibles d’un album de famille et les séquences d’une journée ordinaire en sa compagnie. "Il y a très longtemps, avant que je ne décide de devenir réalisatrice, je savais que je ne ferai jamais de films sur des personnes comme Martins. C’est-à-dire, sur des enfants ou des adultes ayant des besoins particuliers. Car ce serait injuste de ma part, ce serait un comportement spéculatif. Puis j’ai appris à connaître Martins et ses parents et j’ai compris à quel point ils m’aident à affronter la vie (mes problèmes n’en sont pas ; si les parents de Martins peuvent affronter leurs soucis quotidiens, que sont mes problèmes comparés aux leurs ? Rien). Si j’ai fait un film sur eux, c’est donc pour aider d’autres personne à affronter leur vie. Par ailleurs, j’ai toujours pensé que l’idée d’un film partait avant tout d’une idée sur la forme. Pourtant, cela n'a pas été le cas. J’ai sciemment refusé de m’exprimer au travers de la forme du film. Je n’apparais pas dans ce film. Seuls mes sentiments sont présents." (Laila Pakalnina)

Martins is a handicapped child who will always depend on his parents. They tell us about their life and about Martins, sharing their fears and hopes for his future. We listen while watching still images from the family photo album and sequences of an ordinary day with him. "Very long ago, long before I decided to become a film director, I knew I will never make films about people like Martins. Meaning that I will never make films about children or grown-ups with special needs. Because it would be unfair from my side, it would be speculative behavior. But then I got to know Martins and his parents and I understood how much they are helping me to cope with life (none of my problems is a problem; if Martins’ Mum and Dad can cope with their everyday concerns then what is it that I have to deal with compared to that? In fact, it is nothing). And so if I made a film about them, they could help others to cope with life as well. Besides, I have always thought that the idea for a film initially is an idea about the form. However, this was not the case. I conscientiously refused any self-expression through the form of the film. I am not present in this film. Only my feelings are there." (Laila Pakalnina)