film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Les Enfants du Borinage - Lettre à Henri Storck
© CVB
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Belgique | 1999 | 54 minutes | Betacam SP
  • Un film de Patric Jean

"Après la vision de Misère au Borinage de Storck et Ivens, je décide de retourner au Borinage, lieu de mon enfance, pour écrire une lettre-film à Henri Storck à propos de la misère sociale qui s'est perpétuée jusqu'à mon époque. Faux candide, je découvre dans les quartiers les plus pauvres, les conséquences les plus ignobles de "l'horreur économique".
Jour après jour, la lettre fait découvrir une réalité de plus en plus brutale, parfois insoutenable. Elle tente de lever le voile sur un système social et économique qui justifie la misère totale ou, pire, la dissimule. La juxtaposition des images de 1933 et d'aujourd'hui me surprend.
Privées d'éducation et d'instruction, les générations se suivent et perdent jusqu'à leur capacité de revendiquer. À force d'être méprisés, ils se méprisent eux-mêmes. Ils souffrent en silence dans une violence de tous les jours." Patric Jean.
Existe en 15 min. (1997) dans la série Utopie(s) en marche.

"After seeing Misère au Borinage by Storck and Ivens, I took the decision to return to the Borinage, the place of my childhood, in order to write the social destitution that still exists today. The reason ? To write a letter, via a film, to Henri Storck about the most abhorrent consequences of economic horror that exist in the poorest quarters, and how the people and the area have sunk into total depredation.
Each and every day, the letter focuses on another tragic discovery, which leaves us with a more and more bleak feeling – a felling that is sometimes unbearable. Juxtaposition of images from 1933 and the reality of the situation becomes more and more pertinent.
Deprived of any education and direction, generation follows generation, and as time goes on they even loose their ability to protest. They are scorned. They are the people that others ridicule. They are non-persons. They suffer in silence. They suffer alone. They suffer in a world of violence that is aimed at them." Patric Jean.
Available in 15 min. (1997) in the series Utopie(s) en marche.