film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Manolete - Manuel Rodriguez
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Emilio Maillé

AUTEUR(S)

Jacques Durand

PRODUCTION / DIFFUSION

DMVB films, Canal+, Canal 22 (Mexique), Canal+

PARTICIPATION

CNC, Vidéoplanning (Séville)

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Canal+ Cstar, DMVB films

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Mexique, France | 1997 | 52 minutes | Betacam SP
  • Un film de Emilio Maillé

Le 28 août 1947 à Linarès, Andalousie. Islero, toro de Miura, plante ses cornes dans le bas-ventre de Manuel Rodriguez "Manolete" et plonge l'Espagne et le monde de la corrida dans la stupeur et le deuil. Manolete, le "monstre de Cordoue", comme on le surnomme avec une religieuse admiration, n'était pas seulement le plus grand matador de l'époque et le plus connu dans le siècle. Il était aussi le symbole et le reflet de l'Espagne de l'après-guerre civile. Il était surtout un homme égaré dans son mythe. En faisant le récit de ses deux dernières années à travers images d'archives, reportages, interviews et quelques documents exceptionnels comme l'enregistrement de sa voix, ce film s'attache à nous faire découvrir la personnalité de Manolete, à fouiller sa légende, à exhumer les ressorts de sa tragédie.

28 August 1947 at Linarès, Andalusia Islero, a bull from Miura, sticks his horns into the abdomen of Manuel Rodriguez "Manolete" and plunges Spain and the world of corridas into stupor and mourning. Manolete, the "monster of Cordoba", as he was nicknamed with religious admiration, was not only the greatest matador of the time and the best known of the century. He was also the symbol and the reflection of post-civil war Spain. He was above all a man lost in his myth. By recounting his last two years with pictures from archives, reports, interviews and a few exceptional documents such as the recording of his voice, this film tries to help us discover Manolete's personality, to search through his legend, to dig up the springs of his tragedy.