film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Maharajah Burger - Vaches folles, vaches sacrées
© Quark Productions / To Be Continued (TBC Prod)
1/3
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Catalogue des vidéos à la demande

  • Distributeur(s) :

    Quark Productions, Jane Balfour Services

  • Vidéothèque permanente, gérée par la Maison du documentaire, accessible sur place ou à distance et réservée exclusivement aux professionnels de l’audiovisuel.
    En savoir plus
  • Depuis ses origines en 1978, le fonds Images de la culture, géré directement par le CNC depuis 1996, constitue un outil privilégié pour la diffusion de la culture audiovisuelle en France. Le catalogue totalise aujourd’hui plus de 2700 œuvres documentaires.

    + Images de la Culture
  • Film disponible à l'Adav, catalogue réservé aux établissements éducatifs et culturels.
    En savoir plus
  • Ce film est préservé et consultable à la Bibliothèque nationale de France (bibliothèque de recherche, sur accréditation).
    Plus d'informations sur le dépôt légal

Quel regard les Indiens – adorateurs des vaches – portent-ils sur l'Europe empêtrée dans la crise de la vache folle ? Et à cette occasion, quelle image peut-on se faire de l'Occident et de ses progrès quand on est en Inde et qu'on regarde la télévision ?
Pour répondre à ces questions, Thomas Balmès s'est rendu en Inde dans un Goshaia, un hospice pour vaches âgées...
Dans la veine du travail engagé dans Bosnia Hotel, un film qui présente de façon iconoclaste le regard des autres sur notre mondialisation triomphante.

"En Inde, la vache est sacrée. En Angleterre, on abat les cheptels pour cause de maladie de la "vache folle". Thomas Balmès examine les pratiques, les croyances et les points de vue d'Indiens sur la vache qu'ils célèbrent et il recueille leur opinion sur la "crise de la vache" en Occident. Clips musicaux, images crues des informations de la BBC, lente déambulation dans Delhi et interviews décrivent un choc des cultures à l'image inhabituelle.
Un incident entre un soldat indien et son supérieur anglais qui voulait lui faire déchirer avec ses dents un paquet de cartouches enduit de graisse de vache a déclenché l'indépendance de l'Inde face aux Anglais. Vénérée pour son lait, sa bouse qui sert d'engrais et de combustible pour les crémations, et son urine recyclée en médecine, la vache ne peut être ni vendue, ni abattue. Il y a donc des "hospices" pour vaches mourantes. L'épidémie qui frappe la vache anglaise trouble profondément certains sages indiens, qui suggèrent l'envoi d'un ambassadeur pour que les Anglais prennent conscience du péché majeur qu'ils commettent. Mais la télévision tue les traditions et, s'il y a de violentes manifestations devant les McDonald qui ouvrent à Delhi depuis 1997, toute vache errante est interdite en ville, car cela nuit à l'image du pays."
(Nathalie Magnan)

How do Indians – who worship cows – look at Europe stuck in the mad cow crisis ? And what sort of picture can you get of Occidental progress when you are in India and simply watch TV ?
To answer these questions, Thomas Balmès went to India to visit a Goshaia, a nursing home for aged cows...
In the fashion of Bosnia Hotel, a film that shows in an original way how other people of the planet look at globalization.

Distinctions
  • 1998 : Images en bibliothèques - Paris (France) - Film soutenu par la Commission nationale de sélection des médiathèques