film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Nouvelle-Calédonie : histoire d'une décolonisation
© Alegria Productions
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Patrick Benquet, Anne Pitoiset

PRODUCTION / DIFFUSION

Alegria Productions, Horizon Pacifique

PARTICIPATION

France Télévisions, LCP - La Chaîne parlementaire Assemblée nationale, Radio Canada

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Alegria Productions

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Le référendum d'autodétermination de 2018 invite les citoyens calédoniens à se projeter et définir l'avenir auquel ils aspirent. Dans cette perspective de destin partagé, militants et personnalités politiques et communautaires revisitent leur propre histoire. Au XIXe siècle, dans un archipel perdu au milieu du Pacifique Sud, deux peuples que tout opposait ont brutalement été mis face à face. Depuis, Kanak et Européens cohabitent tant bien que mal en Nouvelle-Calédonie. Leur histoire est jalonnée de révoltes violemment réprimées, de réconciliations contraintes et de négociations ardues pour esquisser les contours d'un destin réellement commun. Comme avant eux les Sud-Africains ou les Irlandais, ils doivent aujourd'hui transformer la cohabitation imposée par un souverain lointain en un vivre ensemble choisi sur la base de valeurs partagées. Depuis le drame d'Ouvéa de 1988, où la prise d'otages de gendarmes par des Kanak indépendantistes se termina dans un bain de sang, la parole s'est libérée, les ombres et les lumières de la colonisation ont été reconnues, la culture kanak a été placée au centre du dispositif.
Divers accords politiques ont organisé le partage du pouvoir et la répartition des richesses entre le peuple premier kanak, les Européens, descendants de bagnards, de communards ou de colons libres encouragés par l'administration à peupler cette terre et les communautés asiatiques et océaniennes appelées en renfort au fil des ans pour développer le pays. Les accords de Matignon-Oudinot, signés au lendemain du massacre d'Ouvéa, ont divisé le territoire en trois provinces - Nord, Sud et îles Loyauté – et les ont dotées de vastes compétences afin de réduire les déséquilibres géographiques et relancer la croissance économique. L'accord de Nouméa, signé dix ans plus tard, a repoussé la question de l'indépendance à 2018 et renforcé le processus d'autonomie en cours. Il fait de la Nouvelle-Calédonie un laboratoire institutionnel et juridique original. Vingt ans ont passé, le moment est aujourd'hui venu pour les Calédoniens de dire s'ils veulent, ou non, parachever le processus d'émancipation. En novembre 2018, ils se rendront aux urnes pour dire oui ou non à l'indépendance et poser les bases d'une nation souveraine, totalement indépendante ou associée à la France. Pour l'État français, l'enjeu est autant national qu'international.