film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Taurunum Boy
© Edukativno-Naučna Filmska Mreža / Jelena Angelovski
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Dušan Grubin, Jelena Maksimović

IMAGE

Dušan Grubin

SON

Jakov Munizaba

MONTAGE

Jelena Maksimović

MUSIQUE ORIGINALE

Stefan Djurić Rasta

PRODUCTION / DIFFUSION

Jelena Angelovski, Edukativno-Naučna Filmska Mreža

PARTICIPATION

Film Center Serbia, Visions Sud Est

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Jelena Angelovski

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

"Taurunum" était le nom romain de la municipalité de Zemun, aujourd’hui rattachée à Belgrade et très fière de son club de football. Les garçons, eux, sont comme tous les garçons : gueulards, butés, nombreux. Mais ici, où règne la loi des hooligans et à travers eux d’une virilité ancestrale avec laquelle personne n’imagine négocier, ils sont un peu plus garçons encore. C’est-à-dire un peu plus partagés entre les fanfaronnades qu’impose leur imaginaire de caïds, et ce malaise fiévreux qu’ils espèrent cacher sous une apathie surjouée. Taurunum Boy saisit magnifique­ment ce double visage des garçons de 13 ou 14 ans, guerriers aux joues roses terrifiés par la vie et d’ailleurs absolument pas prêts pour elle. Dušan Grubin et Jelena Maksimović en ont fait l’objet d’un théâtre à deux échelles. La première, très large, film les lieux (bateau abandonné investi pour des jeux, terrains vagues où trouver quelque chose à détruire, tribunes de foot ou cantine scolaire) comme autant d’arènes, puisque les garçons se voient gladia­teurs. Le deuxième, près des visages, est celle des confessions, pressées par l’été qui vient et après quoi plus rien ne sera pareil. Le film alterne ces échelles mais dessine aussi une nette montée en puissance, depuis la fascination acquise d’avance pour cette sociabilité de petits hommes, vers le vibrato éternel des adieux à l’enfance. 
(Jérôme Momcilovic)

Taurunum boys seem tough. They spend their time hanging around abandoned places, throwing parties and riding bikes. Their dreams are simple and their loves are unrequited. This summer brings them into adulthood.

Distinctions