film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Berlin Based
© La Huit Production
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Vincent Dieutre

IMAGE

Arnold Pasquier

SON

Jean-Marc Schick, Arnold Pasquier

MONTAGE

Mathias Bouffier

MUSIQUE ORIGINALE

Nils Framh, Camille de Toledo

PRODUCTION / DIFFUSION

La Huit Production

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

La Huit Distribution

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Sa lumière, ses bars enfumés, ses terrains vagues : de Berlin, les personnes que nous rencontrons ici chérissent différents aspects. Vincent Dieutre met quelques visages et voix sur la multitude d’artistes qui s’y sont installés depuis la chute du Mur. En interrogeant chacun à la fois sur son arrivée et sur un potentiel départ, il dépeint la façon dont Berlin s’inscrit dans des histoires personnelles, qui se trouvent en retour imprégnées par l’histoire d’une ville. Ce que chacun raconte, avec ses mots et sa sensibilité propres, c’est aussi ce qu’elle lui a appris – le vocabulaire des sentiments de la langue allemande, la force de vivre dans le froid ou dans la précarité. Comme par clin d’oeil à la structure des guides touristiques, le cinéaste avance de quartier en quartier. Sa voix, qui nous guide, s’exprime avec un recul qui permet l’analyse, mais ne se prétend en rien extérieure à son sujet : Vincent Dieutre est aussi de ceux qui ont régulièrement posé leurs valises à Berlin. L’"autre" de ce récit, ce ne sera donc pas lui, mais Helke, une "vraie" Berlinoise qui a vu ces étrangers plus ou moins bohèmes arriver dans sa ville et influer sur son cours avant de repartir – non sans avoir contribué à faire flamber les prix de l’immobilier. Apparaissant comme un spectre dans les rues et les appartements, elle apporte un contrepoint silencieux aux paroles des expatriés, comme si elle incarnait cette ville affectée, pour le meilleur et pour le pire, par des dynamiques globales aussi intenses que changeantes, caractéristiques de notre époque.
(Olivia Cooper Hadjian)

Its light, its smoky bars, its vacant land: the characters that we meet here treasure different aspects of Berlin. Vincent Dieutre puts faces and voices on some of the many artists who have settled there since the collapse of the Wall. Questioning each one about their arrival and possible departure, he depicts how Berlin has become part of the personal stories that have, in turn, been infused with a city’s history. What each artist recounts with their own words and sensitivity is also what the city has taught them – the vocabulary of the sentiments in German, the strength to live in the cold or in precarious conditions. Like a playful wink to the tourist guide format, the filmmaker travels from district to district. Guiding us, his voice conveys a distance that permits analysis but in no way purports to be external to his subject: although Vincent Dieutre is among those who regularly spend time in Berlin, the “other” in this story is not him but Helke, a “true” Berliner who has seen these varyingly bohemian foreigners arrive in her city and leave their influence on it before departing – not without having contributed to the dramatic real-estate price hikes. Appearing like a ghost in the streets and flats, she brings a silent counterpoint to these expatriates’ words, as if embodying a city impacted for better or worse by the intense and changing global dynamics that typify our times.
(Olivia Cooper-Hadjian)

Distinctions
  • 2019 : Images en bibliothèques - Paris (France) - Film soutenu par la Commission nationale de sélection des médiathèques
  • 2019 : Cinéma du réel - Paris (France) - Compétition française Longs métrages