film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Salesse
© Geoffrey Chambord
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Geoffrey Chambord

IMAGE

Geoffrey Chambord

SON

Geoffrey Chambord

MONTAGE

Quentin Bernard

MUSIQUE ORIGINALE

Geoffrey Chambord

PRODUCTION / DIFFUSION

Geoffrey Chambord

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Geoffrey Chambord

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Les hirondelles et le vent chantent comme s’il n’y avait plus personne à Salesse. Pourtant sous eux quelqu’un s’affaire, un ogre. Il y a beaucoup à faire dans les broussailles, devant la bâtisse plantée là comme un monu­mental vestige. L’ogre est au travail, boitant d’une tâche à l’autre, rondins de bois à ranger, herbes à faucher. L’ogre râle, maugrée, son patois est pour les rondins et les herbes. L’ogre a un nom, et d’ailleurs ce n’est pas un ogre : Damien est un ancien commis de ferme, qui n’a pas cessé d’habiter ce grand domaine de Salesse, en Limousin. Sa vie entière, on le suppose, tient dans ces quelques travaux qu’un matin il a offerts (mais en lui tournant le dos) à la caméra de Geoffrey Chambord; ses grommelle­ments sont la musique qu’il se joue pour accompagner son travail, une litanie sans autre objet que de tenir compagnie au bruit âcre de sa faux. C’est une vie et une musique a priori connues : la campagne française, et ces vieux qui seront peut-être les derniers à marmonner sous les hirondelles. Mais le Salesse réin­venté par la caméra de Geoffrey Chambord est une terre étrangère et mythologique, un pays de pierres et de géants sur une terre penchée et sous une lumière indécise, proche à cet égard de celui qu’avait inventé Pedro Costa à Fontainhas, dans la banlieue de Lisbonne (En avant, jeunesse !).
(Jérôme Momcilovic)

The swallows and wind sing as if there were no one left in Salesse. Yet, beneath them someone is busy… an ogre. There is a lot to do in the under­growth, in front of the building stan­ding there like some monumental vestige. The ogre is at work, hobbling from one task to another, logs of wood to set in order, grass to be cut. The ogre grouses and grumbles, his patois is for the logs and grass. The ogre has a name and, besides, he is no ogre. Adrien is a former farmhand who still lives on the large Salesse estate, in the Limousin region. We surmise that his whole life depends on these small jobs that, one morning, he offered (but turning his back) to Geoffrey Chambord’s camera; his mutterings are the music he plays for himself while working, a litany whose sole purpose is to keep the rasp of his scythe company. This life and music are supposedly well-known; the French countryside and the elderly who may well be the last to mutter below the swallows. But the Salasse that Geoffrey Chambord’s camera reinvents is an alien and mythologi­cal territory, a country of stones and giants on a sloping land under a wavering light, akin to that invented by Pedro Costa at Fontainhas in the Lisbon suburbs (Colossal Youth).
(Jérôme Momcilovic)

Distinctions
  • 2019 : Cinéma du réel - Paris (France) - Compétition française Courts métrages