film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Le Marché au cadran, témoignages d'agriculteurs du Morvan et d'ailleurs
© Le Morvan en photo
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Jean-Christophe Zounia

IMAGE

Jean-Christophe Zounia

SON

Jean-Christophe Zounia

MONTAGE

Guillaume Tauveron

MUSIQUE ORIGINALE

Jean-Christophe Zounia

PRODUCTION / DIFFUSION

Le Morvan en photo

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Le Morvan en photo, Le Morvan en photo

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Afin de mieux comprendre la difficulté qu'ont aujourd'hui les agriculteurs à vivre de leur travail, le photographe-réalisateur Jean-Christophe Zounia décide de nous faire découvrir l'univers de l'emblématique marché au cadran de Moulins-Engilbert. Il profite de cette occasion pour interroger de nombreux éleveurs bovins et ovins du Morvan et d'ailleurs afin de dresser un bilan honnête sur la situation agricole. Ces témoignages criants de vérité donnent l'occasion de mieux comprendre le malaise des éleveurs français et nous interroge sur la vie de ces gens, qui, aujourd'hui ne sont souvent plus que des percepteurs d'argent croulants sous la paperasse, les normes et les lois pondues par des élus déconnectés de la réalité. Dans nos campagnes désertées, la colère de nos paysans gronde et monte...

To better understand the difficulty that farmers have today to live from their work, photographer-director Jean-Christophe Zounia decides to introduce us to the world of the emblematic Moulins-Engilbert dial market. He takes this opportunity to interview many cattle and sheep farmers in Morvan and elsewhere to draw an honest assessment of the agricultural situation. These glaring testimonies of truth provide an opportunity to better understand the malaise of French breeders and asks us about the lives of these people, who today are often just collectors of money crumbling under the paperwork, standards and Laws laid by elected officials disconnected from reality. In our deserted countryside, the anger of our peasants growls and rises ...