film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Xurmalar Yetişən Vaxt
When the Persimmons Grew
© Ucqar Film / Subobscura Films
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Hilal Baydarov

IMAGE

Hilal Baydarov

SON

Hilal Baydarov

MONTAGE

Hilal Baydarov

PRODUCTION / DIFFUSION

Ucqar Film, Subobscura Films

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Subobscura Films

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Azerbaïdjan, Autriche | 2019 | 118 minutes | HD
  • Un film de Hilal Baydarov

Dans le village du réalisateur azerbaïdjanais Hilal Baydarov, le temps est encore régulé par la terre. Comme chaque été, son frère et lui rejoignent leur mère, restée seule dans la maison familiale. C’est la saison des kakis, et les habitants du village se réunissent autour de ce fruit, de sa récolte, de sa préparation, de son stockage. Un heureux moment de réunion pour la famille du réalisateur, qui évoque aussi la solitude à laquelle sa mère est confrontée à la fin de la saison. Fasciné par le mystère des gestes, Baydarov filme les corps de ses proches comme une sorte de chorégraphie sublime du quotidien. Il donne ainsi à voir l’intimité dans laquelle il se confronte au sentiment déchirant d’avoir abandonné sa maison, sa famille et la terre où il a grandi. When the Persimmons Grew se situe ainsi entre le récit poétique sur la vie au village et le portrait de cette femme résistante qui est sa mère. Un film qui échappe à toute catégorisation, qui ne joue que sur les règles de la beauté délicate de l’intimité. Baydarov livre ainsi sa version du retour aux racines, le temps suspendu d’un été au village. 
(Elena López Riera)

Immobile in a home where the sands of time fall to the rhythm of rural Azerbaijani sounds, a mother waits for her son. When he arrives, their conversations circle around existential questions and news from afar, troubling and cryptic. Unrest cloaks the world outside. Mother and son grow closer, silence melts into words, and life springs between them. The son leaves, and winter settles in to the forever-outdated house in which temporalities blurs and past and present beat to the rhythm of the same clock.

Distinctions