film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Je peux changer mais pas à 100%
I Can Change, But Not 100%
© Amok Films
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Amie-Sarah Barouh

PRODUCTION / DIFFUSION

Amok Films

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Amok Films

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Le film commence par une promesse amoureuse : je peux changer. Une promesse trop souvent entendue, une promesse que l’on sait fausse d’avance. Amie est tombée profondément amoureuse de Bobby, un jeune homme Rom roumain qui vit dans la rue et qui aime par-dessus tout l'héroïne. Ensemble, ils ont vécu entre le parking de la Gare de Lyon et des petits hôtels parisiens une histoire d’amour folle, qui n’a pourtant pas réussi à faire changer Bobby. Car il aime la liberté de la rue, où il a grandi, la seule forme de foyer qu’il connaisse. Amie, jeune femme franco-japonaise élevée dans un milieu d’artistes cosmopolites, a fait de ce chagrin d’amour une chronique déchirante sur leur relation impossible. Je peux changer mais pas à 100% est un récit d’une intimité brutale, hors norme, qui nous invite à découvrir les sous-sols impénétrables et la communauté qui y habite, sans préjugés. Complètement démunie par l’échec de son amour, qui n’a pas été suffisamment fort pour faire changer Bobby, la réalisatrice utilise le cinéma comme seul moyen pour soigner sa blessure. Ou peut-être pour écrire une lettre d’amour déchirante à celui qui ne lit pas mais qui parle toutes les langues. Et nous, nous en sommes les témoins privilégiés.
(Elena López Riera)

The film begins with an amorous promise: I can change. A promise heard too often, a promise we know to be false in advance. Amie has fallen deeply in love with Bobby, a young Romanian Romani who is living in the street and loves heroin more than anything. Together, between the Gare de Lyon car park and small Parisian hotels, they have experienced a story of crazy love, which nonetheless has not allowed to change Bobby. Because he likes the freedom of the street, where he grew up, the only form of home he knows. Amie, a Franco-Japanese woman raised by cosmopolitan artists, has turned this heartbreak into a harrowing chronicle of their impossible relationship. I Can Change, But Not 100% is an account of abnormal, brutal intimacy, which invites us to explore impenetrable basements and the community that lives there, without prejudice. Left completely powerless by the failure of her love, which was not strong enough to change Bobby, the director uses film as the only way to heal her wound. Or perhaps to write a harrowing love letter to he who cannot read but speaks every language. And we, the audience, are the privileged witnesses.
(Elena López Riera)

Distinctions
  • 2019 : Visions du Réel - Nyon (Suisse) - Compétition Internationale Moyens et Courts Métrages