film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Golden Age
© Conobs GmbH / wenigervideo
1/2
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Beat Oswald, Samuel Weniger

PRODUCTION / DIFFUSION

Conobs GmbH, wenigervideo, SRF - Schweizer Radio und Fernsehen

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

First Hand Films GmbH

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

"Qui a dit que le grand âge était synonyme d'ennui ? Golden Age nous ouvre les portes du Palace, une maison de retraite comme vous n'en avez jamais vue, à Miami. Dorures, lustres clinquants, sols en marbre ; entre hôtel de luxe et copie à l'américaine du château de Versailles, l'endroit est présenté par ses promoteurs comme la plus belle maison de retraite des États-Unis. Les pensionnaires y sont choyés par une armée d'employés dévoués à leurs moindres caprices, dans une ambiance de fête permanente. Une débauche de luxe, d'extravagance et de divertissement qui ne suffit cependant pas à effacer les angoisses de ceux qui y vivent. Et qui ne masque pas non plus les intentions des investisseurs pour qui la vieillesse est avant tout une source de revenu et un marché en plein essor. Golden Age nous propose une plongée dans cet univers baroque qui tente d'abolir la peur de la mort à coup de dollars, questionnant, en un saisissant tourbillon visuel, notre rapport à la vieillesse dans ce qu'il a pourtant de plus universel."
(Visions du Réel - Céline Guénot)

"Who said that old age has to be boring? Golden Age opens the doors to the Palace, a retirement home of the kind that you have never seen before, in Miami. Gildings, ostentatious chandeliers, marble floors; like a cross between a luxury hotel and an Americanised copy of Versailles, the place is presented by its developers as the most beautiful retirement home in the Unites States. The residents here are pampered by an army of employees devoted to their every whim, in a permanent party atmosphere. This abundance of luxury, extravagance and entertainment is not, nonetheless, enough to remove the anxieties of those who live there. Nor can it hide the intentions of the investors for whom old age is, above all, a source of income and a growing market. Golden Age takes us on a journey into this baroque universe which tries to suppress the fear of death through dollars, questioning, in a dizzying visual whirlwind, our relationship to old age in its most universal aspect."
(Visions du Réel - Céline Guénot)

Distinctions