film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Alejo Carpentier (1904-1980)
© Gaumont / France 3
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Distributeur(s) :

    Emilio Pacull

  • Depuis ses origines en 1978, le fonds Images de la culture, géré directement par le CNC depuis 1996, constitue un outil privilégié pour la diffusion de la culture audiovisuelle en France. Le catalogue totalise aujourd’hui plus de 2700 œuvres documentaires.

    + Images de la Culture
  • Ce film est préservé et consultable à la Bibliothèque nationale de France (bibliothèque de recherche, sur accréditation).
    Plus d'informations sur le dépôt légal

"Incessant voyage entre la culture classique européenne héritée de ses parents, et son besoin vital, physique, d'appartenir au continent américain, à son histoire et à son destin, l'œuvre d'Alejo Carpentier est pétrie d'histoire et de métaphysique, mais aussi de musique et d'humanité. [...]
En 1921, il quitte le territoire bucolique de son enfance pour les turbulences de la vie politique et artistique de La Havane. Journaliste culturel à La Discussion, il prend position contre la tyrannie de Machado et pour l'indépendance de Cuba. Après son incarcération en 1927, il part clandestinement pour Paris où il se fait chroniqueur de la vie culturelle parisienne et ambassadeur du "réel merveilleux" de l'art afro-cubain. Après avoir témoigné de la tragédie espagnole, il quitte l'Europe. Il commence à écrire des romans, tels Le Royaume de ce monde ou Le Siècle des lumières. En 1959, il rentre définitivement à Cuba où Fidel Castro lui confie les Affaires culturelles."
(Myriam Bloedé)

"An incessant journey between classic European culture inherited from his parents, and his vital, physical need to belong to the American continent, to its history and its destiny, the work of Alejo Carpentier is steeped in history and metaphysics, but also music and humanity. [...]
In 1921, he left the bucolic land of his childhood for the turbulence of the political and artistic life of Havana. As a cultural journalist for La Discussion, he took a stand against the tyranny of Machado and for Cuba's independence. After his imprisonment in 1927, he went secretly to Paris where he became a columnist of Parisian cultural life and ambassador of the "marvellous real" of Afro-Cuban art. After testifying to the Spanish tragedy, he left Europe. He began to write novels, like Le Royaume de ce monde or Le Siècle des lumières. In 1959, he went back to Cuba for good and Fidel Castro entrusted Cultural Affairs to him."
(Myriam Bloedé)