film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Hollywood, la vie rêvée de Lana Turner
© ARTE France
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Frédéric Mitterrand

IMAGE

Guillaume Tunzini

MONTAGE

Constance Ryder

PRODUCTION / DIFFUSION

ARTE France

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

ARTE France Distribution, ARTE VOD

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

"Voulez-vous faire du cinéma ?", demande un journaliste à une jeune blonde aux traits délicats qui déguste une glace dans un drugstore de Los Angeles. "Il faut que je demande à ma mère", répond l'intéressée. Nous sommes au milieu des années 1930 et la future star s'appelle encore Julia Turner. Née en 1921, fille unique, elle a perdu encore enfant son père, assassiné dans la rue. Sa mère, une modeste coiffeuse, qui la soutiendra sans faillir jusque dans ses pires épreuves, donne son autorisation. Moulée dans le pull-over qui lui vaut le surnom de "sweater girl" et une célébrité immédiate, Lana, ainsi qu’elle a été rebaptisée par le réalisateur Mervin LeRoy, fait ses débuts dans La ville gronde. Après plusieurs films de série B, elle crève l’écran, en 1941, dans La Danseuse des Folies Ziegfeld et enchaîne les tournages et les passions amoureuses. Celles-ci se terminent par une cascade de divorces, inaugurée par le jazzman Artie Shaw. Amie d’Ava Gardner, partenaire de Clark Gable, amoureuse sans retour de Tyrone Power, Lana Turner a tourné dans une poignée de films mémorables (Le facteur sonne toujours deux fois, Les Ensorcelés, Mirage de la vie) et d'innombrables productions que l’histoire du cinéma n'a pas retenues. Sa vie a fini par rejoindre les scénarios les plus tragiques d’Hollywood, lorsqu’en 1958 sa fille unique, Cheryl, poignarde son amant, un gangster qui l’escroque et menace de la vitrioler…
Vouant une passion singulière à Lana Turner, star symbole de l'âge d'or d'Hollywood, Frédéric Mitterrand fait revivre une époque flamboyante à travers reportages d’époque, extraits de films et témoignages. Ce portrait convoque aussi ses icônes et souvenirs personnels.