film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Le Grand Partage - La Palestine sous le mandat britannique, 1917-1947
© Les Films d'ici
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Jakob Schlüpmann

IMAGE

Jakob Schlüpmann

SON

Jakob Schlüpmann

MONTAGE

Jakob Schlüpmann

MUSIQUE ORIGINALE

Manuel Bleton

PRODUCTION / DIFFUSION

Les Films d'ici

PARTICIPATION

Histoire, Procirep, Angoa-Agicoa, CNC

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Les Films d'ici

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

9 décembre 1917 : les troupes britanniques s’emparent de Jérusalem et chassent les Turcs de la Palestine. C’est le début d’une histoire qui va faire de la Palestine le terrain d’affrontements entre la Grande Bretagne, le mouvement sioniste et les peuples arabes.
Pendant trente années, entre 1917 et 1947, la Grande Bretagne conduit les destinées de la Terre Sainte : une histoire de promesses inconciliables, de trahisons et de renversements d’alliances, de préjugés et de fureurs racontée au jour le jour par les extraordinaires images des photographes de la Colonie américaine à Jérusalem.
Pour respecter le nouveau droit des peuples, la Palestine devient un mandat de la Société des Nations. Les Arabes sont furieux : le grand royaume indépendant promis pendant la guerre a fait long feu et la déclaration Balfour en faveur d’un foyer national juif en Palestine, intégrée au mandat, est devenue loi.
Les débuts difficiles du foyer national juif repoussent un temps l’affrontement. Mais à la fin des années 20, la colonisation des terres accentue le ressentiment arabe. Les symboles religieux sont érigés en enjeux nationalistes, des violences éclatent autour du Mur des Lamentations et s’étendent à l’ensemble de la Palestine : un tournant dans les relations entre le monde juif et le monde arabe.
Les Palestiniens arabes frustrés par l’attitude des Britanniques font appel à la solidarité du monde musulman. Parallèlement, les prémices du génocide en Europe provoquent une vague d’immigration juive qui contribue à la croissance rapide du foyer national juif et au développement d’une société européenne aux antipodes du monde oriental sur le littoral. D’un côté comme de l’autre, les photographes de la Colonie immortalisent le quotidien, les drames, les affrontements.
En 1936, les Arabes se révoltent contre la puissance mandataire et Londres doit faire appel à des renforts massifs pour contenir la rébellion. Un an plus tard, une commission britannique propose pour la première fois un plan de partage et la création de deux États. La Palestine plonge dans une véritable guerre civile.
L'écrasement de la révolte, le revirement de Londres en 1939 et la trêve qui s’installe pendant la seconde guerre mondiale n’y changent rien : tous les ingrédients d’un conflit insoluble sont déjà installés.
Après la guerre, le mandat agonise, cette fois sous les attaques des organisations clandestines juives. En 1946, après l’attentat contre l’hôtel King David, le dernier des photographes de la Colonie américaine quitte la Palestine. Un an plus tard, l’assemblée générale de l’ONU entérine la partition du pays.