film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Ghost Strata
© Ben Rivers
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Ben Rivers

IMAGE

Ben Rivers

SON

Ben Rivers

MONTAGE

Ben Rivers

PRODUCTION / DIFFUSION

Ben Rivers

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Lux

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Royaume-Uni | 2019 | 45 minutes | HD
  • Un film de Ben Rivers

Séquence d’ouverture : une jeune fille tire le tarot au réalisateur, qui lui laisse nommer le sujet de son film : "votre relation au temps". Mais encore ? L’exercice du journal intime, écrit ou filmé, ne trouve sa nécessité qu’à se garder de deux écueils : la complaisance narcissique – "l’étrange conviction que l’on peut s’observer et que l’on doit se connaître" (Blanchot) –, et le recueil approximatif de vagues impressions. Soit, dans les deux cas, la plus pauvre et banale dimension du temps : celui qui ne fait que passer. La nécessaire beauté de Ghost Strata tient à l’engagement de la forme journal dans un tout autre questionnement du temps : propre au cinéma, à la manière dont le cinéaste Ben Rivers se confronte à son mystère, à ses puissances. Quelles temporalités hantent l’image, à quelles formes et dimensions non linéaires du temps donne-t-elle accès ? Ben Rivers creuse l’énigme en agençant une succession de fragments filmiques récoltés mois après mois pendant un an. Des tableaux de Hogarth détaillés par le faisceau d’une lampe électrique, le mouvement des oiseaux dans l’air brumeux, les visages d’un homme et d’une femme grimés en couple préhistorique : une caméra mobile creuse et explore le visible, attentive aux signes des temporalités fantômes qui hantent l’expérience vécue. D’un fragment de Pessoa à la lecture amusée d’un guide touristique sur la Grèce, Rivers triture et distille dans son laboratoire de montage le matériau le plus disparate. Rien de grave ni de solennel dans cette enquête sur Chronos et ses énigmes ; le journal s’y révèle simple discipline d’un appétit joueur et bricoleur pour les matières de l’image et les énergies qu’elles retiennent.
(Cyril Neyrat - FIDMarseille)

"Ghost Strata" refers to the missing elements from within the rock strata that despite their absence offer hints of what was once there. The film is divided into the months of the year in which the footage was captured. Filmed in various places over the globe, charting various personal movements of the filmmaker, Ghost Strata explores the differing scales of impact that humanity’s presence has on the earth in the past, present and into the future. Found sound and text create a meditation on time, memory, leftovers and extinction.

Distinctions