film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Nunca subí el Provincia
Jamais je n’ai gravi le Provincia
I Never Climbed the Provincia
© Manufactura de Películas
1/2
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Ignacio Agüero

IMAGE

Matias IIanes, Gabriel Díaz, Ignacio Agüero

SON

Carlos Sanchez, Felipe Zabala, Claudio Vargas

MONTAGE

Sophie França

PRODUCTION / DIFFUSION

Macarena López, Manufactura de Películas

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Manufactura de Películas

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Pour qui connaît l’œuvre singulière du grand cinéaste qu’est Ignacio Agüerro, ou ne serait-ce même que son dernier film, Como me da la Gana II (Grand Prix International du FID2017), il n’y aura aucune surprise à apprendre que son nouvel opus entreprend, une fois encore, de tricoter, très serré, le privé, l’intime, l’autobiographique – jusque dans ses secrets, d’un côté, et, de l’autre, le public, le manifeste, l’ouvert à tous les vents. Jamais je n’ai gravi la Provincia, dit le titre, parlant de cette montagne aux abords de Santiago, signale que c’est auprès de chez soi, dans son quartier, voire au croisement de quelques rues, qu’une ascension a eu lieu, que c’est dans cet espace familier et circonscrit que se présente aux yeux un splendide paysage, que se déroule le film tout entier, et l’existence elle-même du réalisateur. C’est pourquoi la caméra ne se lasse pas de répéter, les années passant, les mêmes panoramiques. De filmer les mêmes immeubles, rues, feux rouges, habitants, artisans, commerçants, clochards, etc., de photographier le changement des devantures de boutiques, d’enregistrer la stabilité de l’espace en même temps que le passage du temps. Mais aussi, à ces fétiches, rassurants repères, d’y accrocher des morceaux de vie sans autre signification que de magnifier le moment : un pied masculin, un ventre enceint, un enfant qui joue, la pluie dans le jardin, etc. Grâce extrême, fragilité constante, curiosité joueuse, le film avance par reprises et touches, comme un poème d’amour qui se méfie sans cesse des hauteurs.
(Jean-Pierre Rehm - FIDMarseille)

Sortie en salles
  • Date de sortie non définie à ce jour
Distinctions