film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
The Whalebone Box
© Andrew Kötting
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Andrew Kötting

IMAGE

Anonymous Bosch, Andrew Kötting, Nick Gordon Smith

SON

Andrew Kötting, Philippe Ciompi

MONTAGE

Andrew Kötting

PRODUCTION / DIFFUSION

Andrew Kötting

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Andrew Kötting

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Le titre du film nomme son cœur : trouvée échouée, il s’agit d’une boîte en os de baleine, ficelée avec du filet de pêcheur. Objet énigmatique au contenu secret, relique ou rescapé d’un mystérieux naufrage, détentrice de vertus magiques, nul ne sait sinon qu’elle a été offerte à Iain Sinclair, écrivain- cinéaste-psychogéographe, compagnon de marche d’Andrew Kötting dans ses derniers films buissonniers. Un voyage s’entreprend : rapporter, depuis Londres, cette boîte jusqu’à son lieu d’origine, une plage des îles Harris, aux confins de l’Écosse. Non pour en percer le mystère, mais pour en éprouver les puissances. En contrepoint à ce périple s’adjoindra à distance la fille d’Andrew Kötting, Eden, présente déjà dans plusieurs de ses films précédents. Car le film s’engage aussi dans un tout autre voyage. Si, comme le signale Iain, l’objet semble "de plus en plus lourd… se transforme en une autre substance", la présence d’Eden, atteinte du syndrome de Joubert, à la conscience lointaine, va façonner le film de son être impénétrable. "Que peux-tu voir ? Où es-tu ?", entend-on, murmures répétés au long du film par le père à l’adresse de la jeune femme. Depuis le plus profond de son sommeil ou parée d’une magnifique couronne de fleur et chaussant une paire de jumelle, elle en sera tout à la fois la muse, la guide et la pythie. L’occasion aussi à travers cette généreuse odyssée de quelques détours, notamment auprès de poètes disparus, Basil Bunting et Sorley MacLean ou au sculpteur Steve Dilworth. Occasion encore que, par touches successives, résonnent d’autres boîtes, d’autres mers, d’autres énigmes, d’autres baleines et d’autres quêtes, de Pandora à Moby Dick. Un film à entendre également comme un cri issu des profondeurs, une offrande et une magnifique ode à Eden, artiste, nous dit Kötting, dont "l’œuvre est enracinée dans un ailleurs."
(Nicolas Feodoroff - FIDMarseille)

Distinctions