film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Paradise Not Yet Lost (a/k/a Oona's Third Year)
© Jonas Mekas
1/4
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Jonas Mekas

IMAGE

Jonas Mekas

MONTAGE

Jonas Mekas

PRODUCTION / DIFFUSION

Jonas Mekas

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

The Film-Makers' Cooperative

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • États-Unis | 1979 | 97 minutes | 16 mm
  • Un film de Jonas Mekas

Lettre à Oona, la fille de Mekas, en même temps que souvenir de la vie de sa famille à New-York et durant un voyage à travers l'Europe, le film se déroule en six parties classées chronologiquement, chacune filmée à un endroit différent au cours de la troisième année d’Oona.

"Le film se divise en six parties. La première se passe à New York et nous y voyons de nombreuses scènes quotidiennes à la maison et en ville, et également notre fille Oona qui a trois ans. D’autres sujets aussi : concert de Peter Kubelka ; visite à Marie Deren, la mère de Maya ; parade de St Patrick’s ; printemps à Central Park ; etc. La deuxième partie, très brève, se passe en Suède pendant notre visite à Anna Lena Wiborn. La troisième partie se passe en Lituanie pour le 90e anniversaire de ma mère avec ma femme Hollis et Oona, alors âgée de deux ans et demi. Oona rencontre ses cousins, on boit de la bière faite à la maison, on se promène à travers les bois, on cueille des champignons et des fraises sauvages, on s’amuse. La quatrième partie se passe en Autriche, on rend visite à Peter Kubelka et à Hermann Nitsch à Prinzendorf, on goûte le vin de Hermann, on parle aux ânes de Peter, on visite Saint-Nicolas à Kremsmuenster, puis nous allons en Italie avec Peter à la recherche du vin de Michel-Ange, le Canaiola. La sixième partie est le retour à New York ; visite à Willard Van Dyke ; 3e anniversaire d’Oona, incendie à Broome Street, encore des scènes d’intérieur, début des tempêtes d’hiver. C’est un diary film, mais c’est aussi une méditation sur le thème du Paradis. C’est une lettre à Oona pour l’aider, un jour, à se souvenir de ce qu’était le monde autour d’elle quand elle avait trois ans. Une époque dont elle n’aura que quelques petits fragments de souvenirs dans sa mémoire. Un guide romantique pour lui rappeler les valeurs essentielles de la vie, dans un monde artificiel, commercial, (un) poison pour le corps et l’esprit."
(Jonas Mekas, novembre 1979)

"Filmed in 1977, edited in 1979.
These reels of my film diaries contain the film 'notes' taken during the calendar year 1977, arranged chronologically. The film is divided into six parts. The first part takes place in New York. We see a lot of home life and the city. We see a lot of our daughter Oona whose third year of life this is. Some other subjects: Peter's Concert (Peter Kubelka); A visit to Marie Deren (Maya's mother); St. Patrick's Parade; Spring in Central Park; etc. The second, very brief part, takes place in Sweden, visiting Anna Lena Wibom. The third part takes place in Lithuania. Myself, my wife Hollis, and our 2-1/2 year old daughter oona visit my mother on the occasion of her 90th birthday. Oona meets her young cousins, we drink home made beer, we walk through the woods, gather mushrooms and wild strawberries, we fool around. The fourth part is Austria, visiting Peter Kubelka and Hermann Nitsch in Prinzendorf. We taste Hermann's wine, we talk to Peter's donkeys, we visit Pater Nicolaus in Kremsmuenster, and then we go to Italy, with Peter, in pursuit of Michelangelo's wine, Canaiola. The sixth part is back in New York; a visit to Willard Van Dyke, upstate; Oona's third birthday; a fire on Broome Street; more home scenes; the beginning of winter storms.
It's a diary film but also it is a meditation on the theme of Paradise. It is a letter to Oona; to serve her, some day, as a distant reminder of how the world around her looked during the third year of her life - a period of which there will be only tiny fragments left in her memory - and to provide her with a romantic's guide to the essential values of life - in a world of artificiality, commercialism, and bodily and spiritual poison."
(Jonas Mekas)