film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Kanants Gyughe
Village des femmes
Village of Women
© La Huit Production
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • France, Arménie | 2019 | 92 minutes | Video Full HD
  • Un film de Tamara Stepanyan

Un village où résident des femmes, des enfants et des personnes âgées. Les hommes partent neuf mois par an en Russie pour travailler. L'été, une atmosphère lente et conviviale ; les femmes font le foin, coupent l'herbe et stockent pour l'hiver. Les fruits seront en conserve pour être mangés pendant l'hiver froid. Le soleil suscite une certaine paresse, une détente sensuelle. L’automne, avec ses différentes nuances de rouge, est la saison de naissance et de récolte des pommes de terre.
Les femmes et les hommes trouvent leur intimité dans la froideur de l’hiver, c’est pourquoi les femmes donnent naissance en octobre et en novembre. Les pères rencontrent leurs enfants en décembre. Les préparatifs commencent maintenant pour accueillir les hommes, l'attente est longue et fatigante. L'hiver est proche, une forme de suspense s'installe: quel mari arrivera premier ? Les hommes arrivent avec la neige.
Les femmes sont timides, elles ont besoin de temps pour exister en présence des hommes. Les enfants sont heureux d'être proches de leurs pères. Le printemps s'installe, l'atmosphère se tend. Les hommes partent pour le pays des tsars. Elle est faible et triste, mais a besoin de trouver la force de s’occuper des enfants.

It’s the women who rule this Armenian village. They plough, harvest, and drive the tractors. They cook, eat together, laugh and sing. Life runs in a smooth rhythm, although melancholy seems to overshadow many conversations. The absence of men in the village is borne like a phenomenon of nature. The women have learned to adapt, solving problems together. All male villagers, except for a few old men, spend nine months of every year in Russia to work there. There are no jobs in Armenia. The families are complete only in winter. As soon as autumn begins to fade, the mood in the village begins to change. The return of the men brings excitement and joy, but also insecurity and changes. After the exuberant welcome celebrations, a new daily routine begins where couples are suddenly together again, children play with their fathers and the women finally know that a part of their workload is in other hands. But responsibilities must be redistributed every year.
Director Tamara Stepanyan has achieved a warm-hearted, stylistically assured portrait of a female community of fate who bear their difficult circumstances with lots of humour, warmth and a generous measure of lived feminism.
(Luc-Carolin Ziemann)

Distinctions