film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
L'Héritage de la chouette - 9. Cosmogonie ou l'usage du monde
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Pour cette réflexion sur la création, Serres part de la statuaire grecque, puis Marker nous entraîne sur les pas d'une Koré de l'Acropole exposée à Tokyo. Le mystère de la cosmogonie divine est exploré par Castoriadis et Xenakis, qui s'interroge aussi sur la créativité de l'homme. Parmi les idoles que nous érigeons, Vernant présente la face monstrueuse de la Gorgone, miroir de la mort. Pour Serres, les statues ont une origine funéraire. Elles représentent le corps mort et marquent aussi des lieux, à l'instar des Hermès, bornes des carrefours. La fascination pour la sculpture grecque est présente au Japon, et Marker, s'interrogeant sur les ressorts d'un tel succès, se tourne vers la cosmogonie. Du chaos naît l'harmonie, l'ordre du cosmos repose sur le désordre : tels sont les fondements d'une conception qui rejoint les vues de l'astrophysique ou de la biologie contemporaine. Au Pirée, une usine électrique transformée en musée d'art moderne permettra d'accomplir ce trajet du chaos à l'œuvre. Le mythe de Persée participe, lui aussi, à cet antagonisme initial : le héros affronte la Gorgone et lui tranche la tête, détournant ainsi la terreur du retour au chaos.