film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Pornographie : un jeu d'enfant
© Cinétévé
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Anne-Marie Avouac

IMAGE

Benoît Grimont

SON

Antoine Rodet, Matthieu Daude, Serge Richard

MONTAGE

Isabelle Martin , Véronique Sanson

MUSIQUE ORIGINALE

Olivier Depardon

PRODUCTION / DIFFUSION

Fabienne Servan-Schreiber, Cinétévé

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Cinétévé

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Nous vivons à l’ère de l’internet illimité, où tout type de contenu est accessible depuis n’importe quel support. L’industrie pornographique n’a pas échappé au phénomène : les "tubes", sites pornographiques gratuits en libre-accès, ont envahi la toile. En France, un enfant a 10 ans en moyenne lorsqu’il est exposé pour la première fois à du contenu pornographique en ligne. Alors que la loi condamne formellement la diffusion d’images classées X à des mineurs, ils découvrent souvent accidentellement la sexualité en quelques clics, par ces images de plus en plus violentes, voire transgressives. Les spécialistes parlent de "viol psychique", et s’alarment des conséquences dramatiques que le X peut avoir sur la psychologie des plus jeunes. Addiction, perte de l’estime de soi, incapacité à construire une vie affective et sexuelle, incompréhension des notions de respect et de consentement, passage à l’acte violent… Les mineurs n’ont pas les armes pour décrypter ce qu’ils voient, et font de la pornographie la base de leur éducation sexuelle.
Ce documentaire poignant plonge au cœur d’un mécanisme implacable en donnant la parole aux enfants et adolescents concernés. Ils partagent avec nous leurs angoisses, leur vision de l’amour et de la sexualité. De nombreux experts soulignent l’imprégnation des codes du X dans les nouveaux rituels amoureux de cette génération ultra-connectée. Anne-Marie Avouac propose un film sensible, à la mise en scène cinématographique. La force des témoignages de Leila (10 ans), ou encore de Valentine ou Dino (15 ans) nous invite à une prise de conscience face à un danger sous-estimé. Le gynécologue Israël Nisand nous interpelle :"Moi je dis qu’une société qui laisse ses enfants en stabulation libre devant ces images-là, sans les accompagner d’une parole des adultes, c’est une véritable barbarie".