film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Avinèlio vartai
Gates of the Lamb
© Pakuta / UKU Films
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Audrius Stonys

IMAGE

Karvelis

SON

Gadliauskas, Jonas Maksvytis, Aturas Pugaciauskas, Ricardas Purvinys

MONTAGE

Danielius Kokanauskis

MUSIQUE ORIGINALE

Puskunigis Giedrius

PRODUCTION / DIFFUSION

Pakuta, UKU Films

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Pakuta

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Gates of the Lamb est un film atypique dans l’oeuvre d’Audrius Stonys. D’abord parce qu’il a été initié par un ecclésiastique lituanien, Gediminas Numgaudis, qui l’a même entièrement produit en dehors des circuits traditionnels de financement, grâce au "crowdfunding" des fidèles. Ensuite, parce que le cinéaste élargit son habituel "champ d’action" (un personnage ou un microcosme humain filmés dans un lieu ou un territoire uniques) pour explorer, outre la Lituanie, d’autres espaces. Israël et la Jordanie notamment, afin de retrouver les premiers baptistères chrétiens dans d’anciennes villes abandonnées aux sables du désert, mais également quelques points du continent nordaméricain où se poursuit la pratique du baptême, comme elle a été initiée par Jean-Baptiste au bord du Jourdain. C’est donc la persistance d’un sacrement pluriséculaire que la caméra de Stonys saisit dans les lieux, comme les quelques minutes qui précèdent l’entrée symbolique des corps dans la "famille" chrétienne. Entre innocence et extase, les visages enfantins ou adultes racontent l’histoire secrète d’un moment d’éternité.
(Emmanuel Chicon)

Gates of the Lamb is an atypical film in the work of Audrius Stonys. Firstly, because it was initiated by a Lithuanian cleric, Gediminas Numgaudis, who even entirely produced it outside traditional funding circuits, thanks to the “crowdfunding” of the faithful. Then, because the filmmaker has widened his habitual “sphere of action” (a character or a human microcosm filmed in a single unique place or territory) to explore, in addition to Lithuania, other areas. In particular, Israel and Jordan, so as to find the first Christian baptisteries in old cities abandoned to the sands of the desert, but also some parts of the North American continent where the practice of baptism still happens as it was instigated by John the Baptist on the banks of the River Jordan. It is therefore the persistence of a centuries-old sacrament that Stonys’ camera seizes in these places, like the few minutes that precede the symbolic entry of the body into the Christian “family”. Between innocence and rapture, the faces of the children and adults tell the secret history of a moment of eternity.
(Emmanuel Chicon)