film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
France, tour, détour, deux enfants - Premier mouvement : Obscur/Chimie
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Camille est chez elle, dans sa chambre.
Le journaliste la questionne sur le jour et la nuit, l’existence, l’image, le travail ménager, l’obscurité et la lumière.

"La première émission commence dans la nuit. Camille se déshabille avant d'aller se coucher, tandis que "les monstres" de la société de consommation empruntent les autoroutes pour rentrer chez eux le plus vite possible. Au contraire, Jean-Luc Godard ralentit l'image. La nuit, c'est l'essence du questionnement, c'est différencier d'abord ce qui est clair de ce qui est OBSCUR. C'est aussi l'origine des choses, de leur CHIMIE. L'interview "VÉRITÉ" de Camille, derrière laquelle on entend le bruit des activités ménagères, porte sur la nuit au sens propre ("la nuit, c'est de l'espace ou c'est du temps ?") et au sens figuré (la nuit de l'existence d'une personne, de son image). Les réponses de Camille surprennent et nous donnent envie de réfléchir. Elles renvoient à "l'HISTOIRE de : un début, au dedans (la nuit, l'enfant dans le ventre) par rapport au dehors (le jour, la mère)."
(Marie-Anne Lanavère)

Conçu comme un feuilleton en douze épisode, les divers moments de la journée d'une petite fille et d'un petit garçon, sous le regard et les questions de JLG.

The first program begins at night. Camille gets undressed and then goes to bed, while "the monsters" of consumer society use the motorways to get home as quickly as possible. Jean-Luc Godard, however, slows the image down. The night is the essence of questioning, differentiating first between what is light and what is obscure or dark. It is also the origin of things and their chemistry. The "true" interview of Camille, behind which we hear the noise of housework, concerns night in the literal sense ("is night space or is it time?") and in the figurative sense (the night of a person's existence and of a person's image). Camille's replies are surprising and incite us to think. They refer to "the story of a beginning", inside (the night, the child in the womb) in relation to outside (the day, the mother).
(Marie-Anne Lanavère)