film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
France, tour, détour, deux enfants - Dixième mouvement : Roman/Économie
© INA - Institut National de l'Audiovisuel / Sonimage
1/2
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Le journaliste parle avec Arnaud, qui regarde à la télévision un film de James Bond, du spectacle, de la TV, du regard et de la digestion, de l’ennui, de l’envie de raconter et de parler, de la solitude.

"Même l'imagination a rapport à l'ÉCONOMIE : c'est parce qu'ils font aussi des économies d'imagination que "les monstres" lisent du mauvais ROMAN ou regardent des séries à la télévision. Le reporter filme alors Arnaud, bien parti pour devenir un de ceux qui sont critiqués, devant un James Bond. Il soulève la question du vrai et du faux, de l'inventivité et de la copie. La télévision est justement la première à faire ce type d'ÉCONOMIE, fonctionnant comme une tirelire ou une vitrine de magasin : quand on a besoin d'une histoire, on n'a qu'à la prendre. L'HISTOIRE nous prévient avec humour de ce que l'on risque de devenir par manque d'imagination."
(Marie-Anne Lanavère)

Conçu comme un feuilleton en douze épisode, les divers moments de la journée d'une petite fille et d'un petit garçon, sous le regard et les questions de JLG.

Even imagination is linked to economics: it is because they are economic with imagination that "the monsters" read bad novels or watch series on television. The reporter then films Arnaud, well on his way to becoming one of those criticised, watching a James Bond film. He raises the question of what is true and false, of inventiveness and copying. Television is indeed the first medium to be economic in this way, functioning like a moneybox or a shop window: when you need a story, all you have to do is take one. The story humorously warns us of what we may become through lack of imagination.
(Marie-Anne Lanavère)